Publicité
Publicité : Ordival 94
Réagir Par

Mairie de Paris et Conseil général du Val de Marne craignent une « privatisation » du marché de Rungis

Publicité

La mairie de Paris et le Conseil général du Val-de-Marne redoutent une « privatisation » de la société Semmaris qui gère le marché d’intérêt national (MIN) de Rungis, premier marché de produits frais au monde, ont-ils indiqué mardi dans un communiqué commun.

Les deux collectivités « tiennent à réaffirmer leur attachement au fonctionnement actuel du MIN de Rungis, marché nécessaire pour l’approvisionnement alimentaire des Franciliens et s’opposent à toute décision qui reviendrait à autoriser la privatisation du MIN », indiquent-elles.

L’Agence des participations de l’Etat (APE), qui détient 33,34% de la Semmaris, a récemment annoncé son intention de recruter un nouveau Pdg à Rungis, faisant craindre aux grossistes que cette procédure ouvre la voie à une montée au capital de l’autre actionnaire principal (33,34% également), le groupe privé Altaréa.

Fin mars, le ministère de l’Economie avait démenti tout désengagement du capital de la Semmaris. Prenant acte de ce démenti, la mairie de Paris et le conseil général du Val-de-Marne, tous deux actionnaires minoritaires de la Semmaris, tiennent toutefois à réaffirmer « leur attachement à la gestion du MIN de Rungis par une société à capital public majoritaire« , selon leur communiqué.

« L’Etat (doit) pour sa part, demeurer un acteur majeur de cet actionnariat« , indiquent les deux collectivités qui exigent que « toute décision stratégique relative au devenir du MIN soit débattue en toute transparence » et fasse l’objet « d’une concertation en amont entre les actionnaires publics ».

Premier marché de produits frais au monde, le marché de Rungis a généré en
2011 8 milliards d’euros de chiffre d’affaires et héberge plus d’un millier de grossistes.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi