Société | Nogent-Sur-Marne | 28/09/2012
Réagir Par

Malaise autour d’un projet d’expropriation à Nogent

Alors qu’un important programme immobilier mixant logements privés et résidence d’étudiants doit voir le jour au croisement du boulevard de Strasbourg et de la route de Stalingrad à Nogent sur Marne, la ville a réussi à racheter toutes les parcelles pour les revendre à l’opérateur. Toutes sauf une, posée pile à l’angle des deux rues. Et le dernier couple de propriétaires,  âgés de 92 et 93 ans, ne souhaitent pas quitter les lieux. 

Après avoir prorogé la promesse de vente des derniers terrains à la SNC Coresi, filiale de Cogedim, la ville de Nogent a voté lors du conseil municipal du 17 septembre le principe du recours à la procédure d’expropriation.

Position de la ville

« L’affaire a déjà beaucoup trop tardé« , a justifié le maire-adjoint à l’urbanisme, Jean-René Fontaine. En séance, le maire, Jacques JP Martin a également expliqué que le programme immobilier comportait un volet de logements sociaux avec la résidence étudiante, que la ville s’était engagée à la réaliser auprès de la préfecture, dans le cadre du plan local d’habitat (PLH). L’édile s’est toutefois engagé à que l’expropriation ne soit utilisée qu’en dernier recours, précisant que des propositions de relogement en rez-de-chaussée avec terrasse paysagère avaient été faites et qu’il espérait absolument aboutir à l’amiable. « Nous n’avons jamais procédé à une expropriation », a insisté l’édile.

Position de la famille des propriétaires

Pour Amina Yelles, fille des résidents, par ailleurs tête de liste Front de gauche aux dernières municipales, il n’est pas question pour ses parents de déménager : « Le responsable commercial de la Cogedim les appelle régulièrement, c’est un véritable harcèlement. Mes parents ont plus de 90 ans et sont très faibles. Ma mère se déplace en fauteuil et mon père est souffrant. Ils veulent  finir leur vie dans leur maison. L’invocation de logements sociaux pour exproprier des personnes est un comble alors, qu’à Nogent, il faut se battre sur chaque projet pour intégrer quelques logements sociaux. Dans le cas présent, cette résidence pour étudiants permet d’améliorer les statistiques de logement social de la ville car chaque chambre universitaire pour une seule personne compte pour un logement social, mais il n’y pas d’université à proximité et il y a déjà des cités universitaires dans des villes voisines. »

Position des élus d’opposition

Lors du Conseil municipal, deux élus d’opposition ont contesté l’autorisation de recourir à l’expropriation. Marc Arazi (Nogent c’est maintenant) a expliqué qu’il était par principe opposé à l’expropriation et a rappelé l’âge avancé des occupants. Michel Gilles (Nogent Démocratie) a pour sa part motivé son refus par son opposition globale au projet car ce dernier ne respecte pas les règles d’urbanisme.

Rappel du projet immobilier du fort

Pour rappel, le projet dans son ensemble porte sur 8500 m2  dont 7200 m2 seront consacrés aux logements (4800 m2 en accession à la propriété et 2400m2 pour la résidence étudiante).160 m2 de locaux d’activités sont prévus pour la SIAF (crématorium d’animaux domestiques déjà situé rue du Fort), 830 m2  pour du commerce et 300 m2 pour un équipement public. (Voir détail du projet et débat suscité en conseil municipal début 2011.)

Ecouter la discussion sur ce sujet en Conseil municipal du 17 septembre, temps 32:54 à 44:00.

10 commentaires pour Malaise autour d’un projet d’expropriation à Nogent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *