Élections | Le Kremlin-Bicêtre | 14/04/2012
Réagir Par

Nathalie Kosciusko-Morizet à l’Epitech

Publicité

(mise à jour 19h50) C'est finalement Nathalie Kosciusko-Morizet qui a précédé Nicolas Sarkozy pour rencontrer les élèves de l'Epitech et autres écoles du campus numérique du groupe Ionis Education, ce samedi matin au Kremlin Bicêtre (Val de Marne).

Le président de la République a en effet été retardé car il s’est entretenu ce matin avec Philippe Varin, le président de Peugeot Citroën, sur l’avenir de l’usine automobile d’Aulnay sous Bois (Seine Saint Denis) qui emploie plus de 3 300 personnes et est menacée de fermeture. Vendredi, il avait indiqué qu’il ferait « tout pour sauver cette usine » et proposé aux syndicats une rencontre avec Eric Besson, ministre de l’Industrie, la semaine prochaine.

Une visite plus ou moins bien perçue par les élèves

La perspective d’une visite de Nicolas Sarkozy avait divisé les élèves de l’Epita, Epitech et autres écoles du campus numérique. Certains y étaient favorables, y voyant un plus pour l’image de l’école, d’autres au contraire regrettaient que leur institution soit associée à un parti politique « qui a en plus voté la loi HADOPI« . Certains avaient même prévu d’organiser ce samedi matin une contre-manifestation pour protester contre la venue du président.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

3 commentaires pour Nathalie Kosciusko-Morizet à l’Epitech
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi