Société | Accueil Val de Marne (94) Maisons-Alfort | 22/01/2012
Réagir Par

Présidentielles : Meeting Lutte Ouvrière dans le Val de Marne

Présidentielles : Meeting Lutte Ouvrière dans le Val de Marne

« Le capitalisme est en train de s’asphyxier dans sa propre graisse ! », la nouvelle représentante de Lutte Ouvrière, Nathalie Arthaud, n’a pas l’intention de faire plus de concessions dans le discours qu’Arlette Laguillier.  En meeting dans le Val de Marne samedi soir, au Moulin Brûlé de Maisons Alfort, à l’occasion  du banquet de nouvelle année des militants locaux, la candidate à l’élection présidentielle a prôné sans ambages un discours de lutte.


« Ce n’est pas aux travailleurs de payer pour la crise capitaliste », martèlent les banderoles affichées un peu partout. « C’est aux possédants, aux exploitants, aux riches, aux banquiers de payer l’addition », détaille la candidate. « Et le changement passe par la lutte et le rapport de force. » Au programme : l’interdiction des licenciements ainsi que la taxation et l’expropriation des plus riches pour élever le niveau de vie des plus pauvres. Le message se concentre sur la crise du capitalisme et la condition des « travailleurs » sans détour par les autres sujets (questions de société, environnement…) Dans la salle, les 300 militants, de tous âges, applaudissent et entonnent l’Internationale avant de passer à table.

Quel est le sens de cette candidature pour les militants ?

Interrogée en marge du meeting sur le risque de dispersion des voix de gauche au premier tour, Nathalie Arthaud recadre la statistique. « Ce n’est pas notre score qui risque de déstabiliser le candidat socialiste mais plutôt ceux du Front de gauche et d’Europe Ecologie Les Verts! » Lors des présidentielles de 2007, Arlette Laguiller avait obtenu 1,34 % des suffrages mais elle en avait obtenu 5,72% en 2002. Concernant l’élection de 2012, les premiers sondages situent Nathalie Arthaud autour de 0,5% des intentions de vote.

Et pourquoi ne pas se rallier au Parti Communiste, au sein du Front du gauche, pour peser davantage ? « Nous ne partageons pas les convictions de Jean-Luc Mélenchon qui pense qu’il suffit de réformer pour changer les choses. Nous sommes convaincus que la transformation de la société passera de toutes façons par la lutte, sur le terrain, pour faire changer le rapport de force« , reprend la candidate. « Jean-Luc Mélanchon, c’est d’abord un socialiste, et il fera alliance avec les socialistes dès le second tour », pointe un militant.

Lutte ouvrière dans le Val de Marne

Le parti, qui indique environ 8000 adhérents au niveau national, en compte quelques centaines dans le Val de Marne. « Nous sommes présents dans plusieurs entreprises comme par exemple Sanofi Aventis à Vitry sur Seine, les Aéroports de Paris et Air France à Orly ou encore L’Oréal à Chevilly Larue. Nous y publions notre journal hebdomadaire. Nous participons aussi aux différentes luttes sur le terrain, comme actuellement celle des Hôpitaux de Saint Maurice ou celle des travailleurs sans papiers« , témoigne Guy Mouney, conseiller municipal à Alfortville et coordonnateur du mouvement dans le département.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi