Justice | | 26/06/2012
Réagir Par

Renvoi du procès d’un policier soupçonné de corruption

Le procès d’un officier de la police judiciaire parisienne, soupçonné d’être intervenu dans des enquêtes en échange des largesses d’un entrepreneur du bâtiment, a été renvoyé lundi par le tribunal correctionnel de Créteil à une date indéterminée pour irrégularité de procédure. (Voir précédent article à ce sujet)

Ex-chef de groupe des “stups” au 2e district de la PJ parisienne, François Ancrenaz, 51 ans, devait être jugé lundi et mardi aux côtés d’Elsabri Abd Alla Khalil, soupçonné d’avoir employé des clandestins sur des chantiers, ainsi que d’un policier strasbourgeois et de cinq autres personnes.

Mais dès l’ouverture de l’audience, l’avocat d’Elsabri Abd Alla Khalil a relevé qu’il avait été renvoyé devant le tribunal pour des faits pour lesquels il n’était pas mis en examen.

En conséquence, l’ordonnance de renvoi “n’est pas nulle mais entachée d’irrégularité” et le dossier est renvoyé au parquet, qui devra saisir de nouveau le juge d’instruction, a expliqué après délibération le président, Philippe Michel.

“J’aurais préféré que ce soit jugé tout de suite. J’ai des choses à dire”, a réagi François Ancrenaz, costume sombre et cravate rouge.

“Je suis innocent. Il n’y pas d’infraction. Je suis resté huit mois en prison pour rien” entre mars et novembre 2010, a ajouté le policier, actuellement suspendu.

“J’étais un flic à l’ancienne, qui bossait avec des informateurs. Je suis quelqu’un de droit. Les voyous ont du respect pour moi. Qu’on essaye de me faire passer pour un ripoux, cela me fout la hargne”, a-t-il ajouté, interrogé par la presse.

Il est reproché à M. Ancrenaz d’avoir contacté les enquêteurs qui s’intéressaient aux activités d’Elsabri Abd Alla Khalil pour tenter d’influencer la procédure en la faveur de celui qu’il présente comme un ami.

En échange, ce dernier lui aurait offert deux voyages, l’un aux Maldives et l’autre dans un hôtel de luxe à Charm El-Cheikh, en Egypte. Il aurait également financé des travaux dans le pavillon que possède l’officier à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne).

Conséquence du renvoi: tous les contrôles judiciaires des prévenus ont été levés.

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans , , avec comme tags Corruption, , ,
Aucun commentaire pour Renvoi du procès d’un policier soupçonné de corruption
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi