Publicité
Publicité : Ordival 94
Réagir Par

Stéphane Layani pressenti à la tête du MIN de Rungis

Publicité

Le remplacement de Marc Spielrein, PDG de la société Semmaris, qui gère le marché d’intérêt national (MIN) de Rungis, a été décidé jeudi lors d’un conseil d’administration et sera soumis au vote des actionnaires en mai, a-t-on appris de sources concordantes. « Une résolution sera présentée lors de l’assemblée générale du 30 mai pour valider la nomination de Stéphane Layani à la présidence de Rungis », a indiqué à l’AFP une source proche du dossier, sous couvert d’anonymat.

M. Layani est directeur général de l’Agence nationale pour la garantie des droits des mineurs (ANGDM) depuis septembre 2006.

« M. Spielren ne sera plus président à partir de fin mai. Il sera remplacé par M. Layani« , a indiqué une seconde source proche. La société, de même que le ministère des Finances, n’étaient pas en mesure de commenter immédiatement ces informations.

La Semmaris est détenue à 33,34% par l’Etat, aux côtés de la société foncière Altarea (33,34% également), la Ville de Paris (13,19%), les professionnels (9,93%), le département du Val-de-Marne (5,6%) et la CDC (4,6%). Le président des grossistes de Rungis, Christian Pépineau, avait fait part la semaine dernière des inquiétudes des grossistes concernant d’une part la volonté des deux principaux actionnaires de remplacer l’actuel PDG de la Semmaris et d’autre part une évolution possible de l’actionnariat de cette société.

Bercy avait fait savoir que l’Etat n’envisageait pas de vendre sa participation et ne préparait pas de projet immobilier à Rungis, mais le ministère avait confirmé avoir « fait appel à un chasseur de tête » pour remplacer M. Spielrein, 67 ans, en poste depuis 1994.

Premier marché de produits frais au monde, le marché de Rungis a généré 8 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2011 et héberge plus d’un millier de grossistes.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi