Législatives 2012 | Accueil Val de Marne (94) Champigny-sur-Marne | 24/05/2012
Réagir Par

UMP et Front de Gauche s’affrontent par meeting interposé

UMP et Front de Gauche s’affrontent par meeting interposé

L’UMP et le Front de Gauche de la 1ère et 5e circonscriptions du Val de Marne donnaient deux meetings distants de quelques centaines de mètres ce mercredi 23 mai à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). De chaque côté, émanaient des préoccupations du quotidien, d’ordre social pour les uns, de sécurité pour les autres. Reportage.

A l’approche du collège Musselburgh, des bruits de tambours se font entendre. Les militants du Front de Gauche sont motivés en voyant la foule converger vers la salle Tabanelli. « A 19 heures, on craignait d’avoir prévu trop de chaises ! Là, on va devoir en rajouter, c’est une très bonne nouvelle ! » se réjouit Jocelyne, militante de la première heure. « Il faut donner les pleins pouvoirs au Front de Gauche dans le département, notamment dans ces deux circonscriptions, aux mains de l’UMP« s’entousiasme t-elle. Un discours repris par Christian Favier, président du Conseil Général du Val-de-Marne, lorsqu’il présente ses « amis« , à commencer par le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, présent pour l’occasion.

Le Front de Gauche promet plus de social

Dominique Adenot, maire de Champigny, et sa suppléante Amina Yelles tenteront de prendre la place du député-maire du Perreux-sur-Marne Gilles Carrez dans la 5e circonscription du Val-de-Marne. Micheline Gervelas et son suppléant Philippe Sudre tenteront quand à eux de déloger le député-maire de Saint-Maur-des-Fossés, Henri Plagnol, dans la 1e circonscription du Val-de-Marne.

Pas loin de de 500 personnes sont venues écouter. On promet de la justice sociale, la construction massive de logements sociaux et encore l’interdiction des licenciements boursiers. Chaque proposition est suivie d’une salve d’applaudissement. Les candidats veulent « battre la droite et donner une vraie force parlementaire au Front de Gauche. L’unité est indispensable pour mener à bien nos objectifs » estime Amina Yelles, demandant à chacun d’oublier les rancoeurs ou les ambitions personnelles au service du Front de Gauche. Thierry partage cet avis : « On a vu avec la victoire de François Hollande que l’union autour d’un candidat ou d’un parti est essentielle. Battre l’adversaire dans l’unité donne de bonnes bases pour travailler dans l’unité« . Ici, on n’attend qu’une chose : sortir les députés « qui s’occupent plus des quartiers chics de Saint-Maur que des zones sensibles de Champigny« .

Les partisans de l’UMP s’inquiètent de la sécurité

A quelques minutes à pied du gymnase Tabanelli, dans la salle Jean Morlet, ce -sont les députés UMP sortants, Gilles Carrez (5e) et Henri Plagnol (1ère) qui donnent un meeting. L’ambiance est plus intimiste, avec une cinquantaine de militants présents. Après une rapide intervention des deux candidats, parole est donnée à la salle. Les questions de sécurité sont celles qui préoccupent le plus les militants : certains habitants des bords de Marne se trouvent lésés par rapport aux habitants des quartiers populaires, notamment en matière de police municipale. Tous s’étonnent que les effectifs soient majoritairement déployés dans les zones dites sensibles, au détriment des habitants de Saint-Maur notamment. Les deux députés prennent des engagements : « Si nous gagnons tous les deux, nous nous engageons à travailler ensemble, notamment sur ce type de dossier« . Gilles Carrez se félicite de l’instauration d’une police municipale « efficace » dans sa ville du Perreux, tout fustigeant le manque de coopération de la part des élus de gauche : « si on entame des démarches dans ce sens, les mairies ne nous soutiennent pas. En matière de sécurité, on se doit d’être pragmatique, on ne peut se contenter d’être idéologique » Et de citer Deng Xiaoping, président chinois de 1978 à 1992 : « Peu importe que le chat soit gris ou blanc, tant qu’il attrape les souris » Henri Plagnol témoigne également des résultats obtenus grâce à l’installation de la vidéosurveillance à Saint-Maur.

Les militants UMP sont de toute façon déjà convaincus, comme Kamel, qui habite sur les bords de Marne. « De toute façon, mon vote ira à Henri Plagnol. J’ai mes convictions, mais je pense qu’il est nécessaire d’avoir une force d’opposition dans le Val-de-Marne, beaucoup trop rouge. Ce n’est pas équilibré ! « . Même chose pour Jackie, habitante du quartier des Boulereaux à Champigny. « Des voyous ont vendu de la drogue sur mon palier pendant près de deux ans. Pourquoi attendre aussi longtemps avant d’intervenir ? Tout le monde savait ce qu’il se tramait. De toute façon, le travail à déjà repris dans la cité » désespère t-elle.

Débat contradictoire dans la 5e à Nogent ce soir

Ce soir jeudi 24 mai, c’est à Nogent sur Marne que les candidats de la 5e circonscription du Val de Marne s’affronteront. Cette fois, Gilles Carrez (UMP) et Dominique Adenot (Front de Gauche) seront assis à la même table, avec également Caroline Adomo (PS), Jessica Perniceni (MoDem), Jean-Marie Rougier (Front National) et encore Arnaud Dussud (EELV) et Marc Arazi, du mouvement local Nogent c’est maintenant. Le débat public commencera à 20h30 Salle Charles de Gaulle 70 Grande rue Charles de Gaulle à Nogent sur Marne.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi