Justice | Accueil Val de Marne (94) Villejuif | 27/09/2012
Réagir Par

Une unité hospitalière pour les détenus atteints de troubles psychiatriques

Une unité hospitalière pour les détenus atteints de troubles psychiatriques
Publicité

Une « Unité hospitalière spécialement aménagée » (UHSA), structure sécurisée de prise en charge des détenus atteints de troubles psychiatriques, ouvrira début 2013 au centre hospitalier de Villejuif (Val-de-Marne) pour prendre en charge la population carcérale concernée d’Ile-de-France.

Le bâtiment de l’UHSA installé au sein du site de Villejuif du groupe hospitalier Paul Guiraud s’ajoutera aux deux autres structures de ce type, souvent qualifiées « d’hôpital-prison », ouvertes en France depuis 2010 à Lyon, puis Toulouse et Nancy. L’ouverture d’une quatrième UHSA est prévue très prochainement à Orléans.

La précédente majorité avait initialement prévu la construction de neuf UHSA, pour la prise en charge d’environ 600 détenus d’ici fin 2012 avant une seconde tranche devant porter leur nombre à 17.

Comme les autres UHSA, l’établissement de Villejuif, dont la construction est en voie d’achèvement, se présente comme un hôpital dans une enceinte sécurisée par des équipes de l’Administration pénitentiaire. Sa mission est d’accueillir les détenus nécessitant des soins psychiatriques, a expliqué jeudi lors d’une conférence de presse Henri Poinsignon, directeur du groupe hospitalier Paul Guiraud.

 

 

Il constituera un « chaînon supplémentaire » dans l’offre de soins à la population carcérale, en permettant « à toute personne détenue d’accéder à une hospitalisation librement consentie » sans passer par une démarche d’hospitalisation d’office, comme c’est le cas actuellement, selon le docteur Magali Bondon-Bruzel, chef du pôle « Personnes placées sous main de justice » à Paul Guiraud, qui dirigera l’UHSA. « Dans les services psychiatriques traditionnels, obtenir une place pour des détenus qui présentent des besoins particuliers avec une évidente problématique de sécurité n’était pas facile », a-t-elle poursuivi.

Un autre type de prise en charge est possible actuellement, directement au sein des établissements pénitentiaires, dont certains proposent des services médico-psychologiques (SMPR). Il existe 26 SMPR en France pour quelque 190 prisons.

L’UHSA de Villejuif offrira 60 lits dans un premier temps, 100 à plus long terme avec une équipe médicale de 120 personnes. Elle accueillera des patients hommes et femmes dès l’âge de 16 ans souffrant de troubles aigus ou en voie de stabilisation.

L’Ile-de-France compte plus de 13.000 détenus, soit 20 % de la population carcérale française parmi laquelle les personnes souffrant de troubles psychiatriques sont surreprésentées.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi