Publicité
Publicité : Ordival 94
Réagir Par

Villejuif : rassemblement de soutien autour de Amine Boukhenchouche

Publicité

Invité à quitter le territoire avec ses quatre enfants suite au décès de son épouse décédée d’une tumeur au cerveau au printemps dernier, Amine Boukhenchouche a suscité une forte mobilisation de soutien. Un rassemblement était organisé hier après-midi devant l’école de ses enfants (école Pasteur de Villejuif, Val de Marne) et il sera reçu à la préfecture de Créteil ce vendredi à 15 heures.

Algérien, Amine Boukhenchouche s’est installé en France il y a deux ans, avec ses quatre enfants, pour rester auprès de sa femme Samia. Cette dernière, atteinte d’une tumeur au cerveau, est alors hospitalisée à l’hôpital Gustave Roussy de Villejuif. Gravement malade, elle décède le 29 mai dernier.

Après plusieurs renouvellements de titres de séjour, Amine Boukhenchouche se voit notifier le 27 janvier 2012 une obligation à quitter le territoire français (OQTF) au motif qu’il a plus de raison rester sur le territoire français, sa femme étant décédée.  « Je ne veux pas quitter Villejuif. J’aime cette ville. J’aime ces gens qui sont venus me soutenir quand ma femme était malade. Aujourd’hui ils continuent à me soutenir. Je ne veux pas traumatiser mes enfants non plus! Ils ont leurs amis, leurs habitudes, leur vie ici. Je ne veux pas retourner en Algérie, je n’ai plus rien là bas. J’ai tout abandonné pour ma femme. La mairie et le conseil général nous ont offert un logement et j’ai aussi une promesse d’embauche » se défend-il.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi