Environnement | Val de Marne | 06/04/2013
Réagir Par

Abeilles en ville : le Val de Marne fait son miel!

Publicité

honeybee pollinated of yellow flowerEn cette semaine du développement durable, les ruches ont la cote dans le Val de Marne. Au port de Bonneuil, ce-sont six ruches qui ont  été inaugurées ce jeudi 4 avril par la société Ports de Paris et l'Union nationale de l'apiculture française (UNAF) dans le cadre du programme Abeille sentinelle de l'environnement. Et ce samedi 6 avril, c’est le Conseil général du Val-de-Marne qui fêtera l'installation de cinq ruches dans le parc départemental de Créteil.

Essentielles à l’écosystème végétal grâce à leur action de pollinisation entre les plantes,  les abeilles subissent depuis plusieurs années un taux de mortalité inquiétant sur l’ensemble de la planète. En cause  : certains parasites, champignons, virus, l’évolution des pratiques agricoles (monoculture qui réduit la diversité de l’alimentation, pesticides et autres produits phyto-sanitaires qui occasionnent un stress chimique…). Selon l’INRA, Institut national de recherche agronomique, la mortalité des colonies d’abeilles a  atteint 30% en quinze ans.

Parmi les initiatives développées pour repeupler ces colonies, figurent l’installation de ruchers en ville, où  à défaut de butiner les vergers de la campagne, elles disposent d’une biodiversité parfois étonnante, qu’il s’agisse d’un bord de rivière, un parc ou même des plantes de balcon parisien.

Cette réintroduction des ruches en ville a aussi pour objectif de sensibiliser les habitants à leur cause. Qu’il s’agisse des ruches installées au port de Bonneuil ou du parc du Val de Marne, seront ainsi proposés des ateliers pédagogiques et ludiques. Dans le département, d’autres villes ont aussi installé des ruches dans l’un de leurs jardins ou parcs, de Saint Mandé  à Vitry, en passant par Ivry, Joinville ou Nogent, à l’initiative des communes ou d’associations.

 

 

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi