Commémoration | Accueil Val de Marne (94) Val de Marne | 27/09/2013
Réagir Par

Artistes, villes, associations imaginent le centenaire de la guerre 14-18

Artistes, villes, associations imaginent le centenaire de la guerre 14-18
Publicité

Avis aeronefs VincennesDes crieurs publics racontant la vie des soldats dans les rues de Valenton, un son et lumière devant le Fort de Nogent, un agenda 2014 évoquant chaque jour un fait historique des quatre années du conflit, un site Internet permettant de visualiser à distance les tombes des morts pour la France… les Val de marnais ont répondu présent à l’appel à projets de la mission nationale Centenaire de commémoration de la guerre 14-18.

La France, chargée plus particulièrement des années 14 et 18 dans le centenaire de ce premier conflit mondial, a lancé un appel à projets au printemps, déléguant à chaque préfecture le soin de repérer les initiatives originales et de les labelliser.

Si dans certaines régions, la guerre quatorze fait partie de l’identité des lieux, qui a creusé le sol de ses tranchées et  réduit à néant certains de ses villages, le Val de Marne, qui n’existait pas en tant que département à l’époque, n’était pas en première ligne, même si ses habitants ont y contribué humainement.

 

 

Cela n’a pas empêché des initiatives originales d’émerger, dont neuf ont déjà été labellisées sous la houlette du sous-préfet de Nogent-sur-Marne, Pascal Craplet, correspondant centenaire pour le Val de Marne.  Ce jeudi 26 septembre, ce dernier s’en est fait l’ambassadeur à l’hôtel des Invalides, aux côtés de ses homologues des autres départements. Au total, ce-sont en France des centaines d’idées qui ont germé un peu partout pour commémorer le conflit, abordant le sujet sous tous les angles.

Des crieurs publics à Valenton

Dans le département, plusieurs projets ont décidé d’évoquer cette longue période de quatre ans à travers la vie quotidienne. A Valenton par exemple, sont prévus des placards (affichettes) de l’époque doublés de crieurs publics qui déambuleront en centre-ville et évoqueront la vie d’un soldat qui écrit aux siens, mais aussi celle de sa famille et du quotidien des habitants. « Ces crieurs, interprétés par des comédiens professionnels interviendront environ une fois par mois en ville. Nous souhaitons aussi évoquer le rôle des troupes africaines et nord-africaines dans ce conflit, en lien avec les populations de notre ville aujourd’hui, indique Nadine Rémy, responsable du service culturel de Valenton. Pour nous, cette évocation de la guerre sera l’occasion de travailler sur la paix. »

Un son et lumière au Fort de Nogent

A Nogent-sur-Marne, qui prévoit différentes animations culturelles, le temps fort sera un son et lumière, interprété par des troupes et figurants locaux dans le Fort de Nogent lors des journées du patrimoine de septembre 2014. « Nous allons proposer un spectacle en huit tableaux qui évoqueront aussi bien le départ des soldats et leurs lettres que le rôle des femmes pendant le conflit, la présence des Italiens, notamment le Nogentais Lazare Ponticelli, et des soldats des ex-colonies, mais aussi des aspects méconnus de notre histoire locale comme par exemple l’accueil de familles réfugiées en provenance de Belgique ou encore nos résidences transformées en hôpitaux militaires comme la Maison des artistes, et, note plus festive, les guinguettes durant la guerre« , détaille Monique Falempin, directrice de la communication de la ville.

Questionner le rapport des jeunes au devoir de mémoire

Denis Darzacq, photographe, propose une démarche en plusieurs étapes. Des élèves du micro-lycée de Vitry-sur-Seine vont aller lire des lettres de soldat directement depuis le relief torturé des anciens champs de bataille de Verdun  où l’artiste les filmera. « L’enjeu est d’observer comment va se passer cette confrontation des élèves à cette histoire, sur le terrain. Ce qui m’intéresse est l’effet de réel sur le devoir de mémoire et la manière dont ces jeunes vont réagir sur place« , détaille Denis Darzacq. Le film  « Comme un seul homme » sera présenté comme l’aboutissement d’une exposition de photographies de champs de bataille et autres traces de la Grande guerre.

Le salon des écrivains combattants à Saint-Mandé

A Saint-Mandé, pour sa part, accueillera exceptionnellement le salon des écrivains combattants (qui se tient d’habitude aux Invalides) en novembre 2014. La ville a également prévu plusieurs expositions. « Nous avons lancé un appel à documents et archives et avons reçu plus de 500 propositions d’objets très variés, de quoi organiser des reconstitutions complètes avec même des mannequins« , témoigne Marie-Noëlle Chevalier, responsable du service culturel.

Expositions et visites des lieux de mémoire à Vincennes

Monument poilu VincennesA Vincennes encore, ville de garnison, le centenaire ne passera pas inaperçu. Une exposition évoquant la vie quotidienne est déjà prévue en attendant  les autres projets associatifs. « Elle sera couplée à des visites commentées de tous les lieux de mémoire relatifs à la guerre 14-18, à l’instar de l’emplacement de l’ancien monument « A la gloire du Poilu vincennois » inauguré en 1925 sur le cours des Maréchaux et détruit en juillet 1940 par les troupes allemandes cantonnées à Vincennes », explique Christine Kauffmann, responsable du service archives et patrimoines de la ville.

Un agenda 1914 – 2014

Agenda du centenaire Jerome BourgineJérôme Bourgine, lui, a déjà bouclé son projet, qui a publié aux éditions l’Archipel un agenda 2014 du centenaire relatant les quatre années du conflit à travers des événements décisifs (de l’attentat de Sarajevo le 28 juin 1914 à l’armistice le 11 novembre 1918), des portraits de personnages stratégiques, de nombreuses illustrations…

Le Souvenir Français invite les carrés militaires sur Internet

Parmi les différentes initiatives val de marnaises, à noter un projet 100 % web ! Celui de la délégation du Souvenir français du Val de Marne qui a entrepris le colossale défi de proposer une visite virtuelle de tous les carrés militaires du département, avec le détail de leurs pierres tombales et des fiches administratives de décès correspondantes. « L’idée est venue en pensant aux 147 tombes d’originaires du Commonwealth qui sont dans le Val de Marne dont les familles résident trop loin pour venir sur place, explique Christian Hamon, délégué général départemental. Grâce à ce site, nous rendons vivant le cimetière! » Le portail Internet, qui permettra de zoomer sur chaque carré militaire via une carte Google Earth, recensera aussi les hôpitaux militaires, structures logistiques et autres traces locales du conflit. La version bêta du site devrait être opérationnelle d’ici février 2014.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi