Sécurité | Val de Marne | 19/12/2013
Réagir Par

Cambriolages : la police du Val de Marne montre ses muscles

Cambriolages : la police du Val de Marne montre ses muscles
Publicité

Alors que les cambriolages sont en hausse dans l'ensemble de France depuis 2008-2009, le Val de Marne ne faisant pas exception, le ministère de l'Intérieur a lancé fin septembre un plan national de lutte contre les cambriolages. Parmi les réponses apportées : une présence renforcée de la police sur le terrain avec des patrouilles dans les quartiers les plus sujets aux cambriolages, un renforcement du rôle de la police scientifique et technique (PST), une collaboration accrue avec les polices municipales et la sensibilisation des citoyens à la vigilance et au réflexe d'appeler le 17. 

C’est dans ce contexte que la préfecture et la police du département avaient invité la presse à participer à une patrouille de police à partir du commissariat de Chennevières-sur-Marne, ce mercredi 17 décembre. L’occasion d’en observer le modus operandi.

Avant de lancer les équipes faire leurs patrouilles,  la cellule anti-cambriolage (Cac) du département avait hiérarchisé les secteurs prioritaires. « Nous disposons d’une cartographie précise de tous les actes commis, remise à jour quotidiennement. Cela nous permet d’identifier les quartiers les plus sujets aux cambriolages« , explique Jean-Yves Osès (à gauche sur la photo), contrôleur général des services de police nationale du département. Cette cartographie recense également les modes opératoires et permet de faire d’éventuels recoupements dans les affaires.

Ce mercredi 17 décembre à 15 heures, les fiches de route étaient fin prêtes lorsque la vingtaine d’agents (dont une femme) de la Bac, brigade anti-criminalité, se sont retrouvés pour un rapide briefing avec la nouvelle commissaire de la circonscription, Yasmine Prudenté (à droite sur la photo), précédemment affectée dans les Hauts-de-Seine. Les consignes sont connues des agents. Dans ces quartiers résidentiels dont les habitants sont quasiment tous à l’extérieur à cette heure de la journée, il s’agit de surveiller toute présence suspecte aux alentours des pavillons, des voitures aux plaques d’immatriculation extérieures au département aux personnes avec de gros sacs à dos… La probabilité est faible de serrer un malfrat par hasard, mais la présence, même en civils, de la police, peut dissuader les professionnels capables de repérer ceux qui repèrent. Surtout, la patrouille déjà mobilisée sur le terrain peut se transporter plus rapidement sur place en cas d’appel du 17.

 

 

En route, le commandant Sylvie Déjeurine, 22 ans de service dans le Val de Marne dont dix ans au sein du commissariat de Chennevières, donne quelques conseils pour éviter de se faire détrousser. Les volets fermés c’est bien, mais à condition que tout soit bouclé, sinon cela peut-être pire. « Voyez cette maison où tout est parfaitement clos. On peut être certain ici que les habitants ne sont pas chez eux. Et s’il y a une baie vitrée derrière, ou une véranda, le voleur rentrera comme dans un moulin« , dit-elle en pointant une jolie véranda avec vue sur le jardin. Un conseil : donner l’impression d’une présence avec le déclenchement de la radio ou de lumière de manière aléatoire par exemple. L’important, rappelle encore la commandante, avoir le réflexe du 17 si l’on voit quelque chose de suspect chez ses voisins. « Il y a quelques jours, nous sommes intervenus chez des personnes qui venaient de se faire cambrioler, nous avons été voir les voisins pour leur demander s’ils avaient vu quelque chose. Ils avaient quasiment assisté à la scène mais n’ont pas appelé! » 

Pour rappel des chiffres, 663 faits de cambriolages ont été constatés sur les onze premiers mois de l’année 2013 dans le Val de Marne, en progression de 10% par rapport à 2012. Des méfaits à la fois issus de petites frappes locales, de bandes organisées et aussi parfois de gens du voisinage. Dans le même temps,  le taux d’élucidation (environ un tiers) a progressé de 9,53%.

Parmi les autres actions engagées au niveau de la préfecture : le travail avec les polices municipales. « Il y a 17 polices municipales sur 47 communes du département. Nous travaillons actuellement à la refonte de toutes nos conventions de coopération avec ces polices afin de travailler en lien plus étroit », détaille le préfet du Val de Marne, Thierry Leleu (au centre de la photo).

Un renforcement des effectifs de police nationale, très attendu par les maires du département, devrait également intervenir en janvier avec le recrutement d’une nouvelle promotion. Le nombre de nouvelles recrues pour le département n’a toutefois pas été communiqué.

 

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi