Sécurité | Accueil Val de Marne (94) Grand Paris | 20/11/2013
Réagir Par

Délinquance et transports : le Grand Paris Express organise sa sécurité

Controle PoliceLes préparatifs du métro Grand Paris Express se poursuivent sur tous les aspects. Ce  lundi 18  novembre, c’est de sécurité dont il a été question avec la signature d’une convention entre les préfets de région et de départements et la Société du Grand Paris, maître d’oeuvre du nouveau métro. L’occasion de revenir sur les chiffres de la délinquance dans les transports en Ile de France.

Objectif de cette convention : partager efficacement les informations grâce à des comités de pilotage fréquents, organiser des actions de préventions via un comité « sécurité publique » qui se tiendra au moins deux fois par an. Un autre comité « sécurité civile » se tiendra également pour organiser les modalités d’intervention des services de secours et la sécurité civile.

Plus de délinquance dans les transports le mercredi et le vendredi

« Il y a une délinquance spécifique aux transports en commun explique le contrôleur général de la police nationale et sous directeur de la SDRPT, Serge Rivayrand, dans le panorama hebdomadaire de la préfecture de police de Paris du 30 octobre. C’est une délinquance assez simple, qui est à 75% acquisitive : vols simples, vols à la tire et vols avec violences. C’est aussi une délinquance d’opportunité, non préméditée : les délinquants se baladent dans les transports et attendent la bonne occasion. » Les vols simples et les vols à la tire représentent ainsi plus de la moitié des faits de délinquance dans les transports en commun. 79,5% sont commis dans Paris intramuros, 46% en stations, et 54% à bord des rames. En 2012, les 22 909 plaintes traitées ont également montré que le mercredi et le vendredi ainsi que les créneaux horaires de 17h à 20h étaient les plus sensibles. Les petits matins sont aussi concernés, avec quelques détrousseurs qui profitent du demi sommeil des passagers. Les vols de smartphones constituent pour leur part la majorité des vols avec violences.

Parmi les autres actes de délinquance observés : les tags, dont le montant des préjudices est en croissance, avec 2,8 millions d’euros en 2012 contre 1,2 en 2010. 300 graffeurs seraient actifs dans la région. Les plaintes à caractère sexuel sont au nombre de 500, avec notamment le phénomène des frotteurs, qui profitent de la promiscuité pour se coller aux voyageuses. Les alertes à la bombe restent peu fréquentes, 24 alertes en 2012. Environ un millier de colis suspects ont également été dénombrés. Enfin, les pousseurs, sont assez rares, un ou deux cas par an, même si la police signale qu’il y en a eu jusqu’à 5 cas en 2012.

Tentatives de suicide en croissance

Les suicides ou tentatives de suicide sont en revanche en croissance : 199 en 2010, 220 en 2011, 239 en 2012.

L’organisation de la sécurité dans les réseaux de transport public d’Ile de France sont assurés depuis dix ans par la (SDRPT) sous-direction régionale de police des transports , qui dépend de la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP) de la préfecture de police. C’est cet organise qui est déjà en charge de la coordination avec la RATP et la SNCF. Cette police des transports compte 1300 policiers.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi