Education | Accueil Val de Marne (94) Limeil-Brévannes | 13/10/2013
Réagir Par

Ecole, collège : le numérique fait sa place en douceur

Ecole, collège : le numérique fait sa place en douceur
Publicité

Disposiftif Numerique Ecole Pablo Picasso Limeil Brévannes 4Jeux interactifs de mathématiques, conjugaison, géographie… directement sur le tableau de la classe en primaire, mini-ordinateurs qui transforment une banale salle de collège en labo de langue et le Latin en langue vivante, travail collaboratif en SVT… le numérique pédagogique commence à s’intégrer au quotidien de l’apprentissage dans quelques établissements pilotes, sous l’impulsion du rectorat, des villes et du département. Exemples à Limeil-Brévannes à l’école élémentaire Pablo Picasso et au collège Daniel Féry qui ont fait l’objet d’une visite de la rectrice et de la directrice des services départementaux de l’Education nationale ce vendredi 11 octobre.

Disposiftif Numerique Ecole Pablo Picasso Limeil Brévannes 1A l’école élémentaire Picasso, ce-sont d’abord quelques classes dont les enseignants étaient motivés qui ont accepté de troquer le tableau et la craie contre ordinateur portable, vidéoprojecteur et stylet interactif. Pas besoin de tableau numérique, une simple grande planche de bois laqué de blanc suffit, c’est le stylet qui interagit avec l’ordinateur et fait à la fois office de craie et de souris. «Avec ce système, nous pouvons montrer à l’écran l’exacte réplique du cahier de cours ou du cahier de texte, et il est plus facile aux élèves de se repérer. En revanche, je trouve important de continuer à écrire devant les enfants pour qu’ils puissent voir le geste», insiste Clément Peyrottes, enseignant en CM1. «Nous constatons que les cahiers sont mieux tenus», confirme le directeur de l’école, Michel Polonni, montrant un cahier d’exercices pris au hasard d’un pupitre.

Disposiftif Numerique Ecole Pablo Picasso Limeil Brévannes 2

« Jouer » à la conjugaison

Disposiftif Numerique Ecole Pablo Picasso Limeil Brévannes 3«On peut aussi présenter du contenu multimédia. Comment en effet enseigner la géographie des montagnes si les enfants n’en ont jamais vu ?», reprend l’enseignant de CM1. Dans la classe de CP de Marie-Sophie Labouyrie, les élèves construisent des mots avec des jeux d’étiquette en répondant sur leur ardoise classique tandis que l’enseignante fait la démo au tableau avec son stylet numérique. Dans une autre classe, Julien Malissard fait jouer des CM1 qui doivent placer un lieu géographique au bon endroit sur la carte en déplaçant des étiquettes. Les gamins enchaînent sur un jeu de conjugaison où il faut cette fois combler les trous du texte. «Les élèves se font plaisir en travaillant et il existe énormément de jeux disponibles qui sont à la fois ludiques et pédagogiques», note l’enseignant. «Un autre intérêt de l’ordinateur est que l’on n’est pas obligé de recopier l’ensemble de l’énoncé pour faire l’exercice, cela fait gagner du temps», ajoute madame Champrenault, également enseignante en CM1.

 

 

3500 euros d’équipement par salle de classe

Après une première phase d’expérimentation, c’est toute l’école de 14 classes qui a été équipée par la mairie, moyennant 3500 euros par dalle de cours. «Le même dispositif a également été installé à l’école Piard et nous prévoyons d’équiper l’ensemble des établissements primaires de la ville», indique la directrice de cabinet du maire.

Essaimer la pratique numérique

«Les enseignants échangent beaucoup entre eux sur la manière avec laquelle ils utilisent l’outil, les applications qu’ils recommandent, et ce-sont ces partages d’expériences positives qui permettent de développer progressivement l’usage du numérique à des fins pédagogiques», indique Claudio Cimelli, délégué académique au numérique pour le rectorat de Créteil qui œuvre pour installer la culture numérique dans les apprentissages. Objectif : sortir de la phase «salle d’informatique» où l’on se rend une heure de temps en temps car il «faut» apprendre à manier la souris.

Rectrice Florence Robine DSDEN Elisabeth Laporte Ecole Pablo Picasso Limeil Brevannes«C’est une vraie bouffée d’oxygène que de constater cet enthousiasme des enseignants et des élèves. Cette expérimentation du numérique parle à l’intelligence et à la créativité des professeurs sans plaquer un modèle. Ce-sont eux qui s’emparent de l’outil et ces expériences vont ensuite essaimer. Je crois beaucoup à cet effet tâche d’huile», commente la rectrice, Florence Robine.

Quand le Latin devient une langue vivante

Disposiftif Numerique College Daniel Fery Limeil Brévannes 1Au collège Daniel Féry, toujours à Limeil-Brévannes, ce-sont les ordinateurs fournis aux élèves de sixième par le Conseil général (dans le cadre de l’opération Ordival qui entame sa seconde année) qui ont été mis à profit. En cette rentrée, élèves de sixième et cinquième sont désormais équipés, ce qui représente la moitié du collège, et plusieurs professeurs utilisent ces outils au quotidien pour leur matière, convainquant au fur et à mesure les plus réticents. La salle de Sébastien Dubourg, professeur d’anglais et lauréat du Tour de France numérique pour l’éducation, s’est ainsi transformée en véritable laboratoire de langue. Les bureaux ont été réunis en îlots pour quatre personnes, partitionnés grâce à quelques panneaux de carton. Chaque élève se sent ainsi dans sa bulle et s’entraîne à parler et écouter avec son ordinateur et de banals écouteurs de poche.

Dans la classe de latin de Laurence Legrand, les élèves apprennent également à se présenter en s’enregistrant et se sont attelés à créer un livre interactif numérique qu’ils enrichiront toute l’année de leurs travaux mais aussi de photos et vidéos prises à l’occasion de sorties au musée.

Disposiftif Numerique College Daniel Fery Limeil Brévannes 3

Travail collaboratif autour d’une expérience de sciences naturelles

Disposiftif Numerique College Daniel Fery Limeil Brévannes 2En Sciences et vie de la Terre encore, Frédéric Véron a mis les cinquièmes au travail collaboratif. Les élèves ont été répartis en plusieurs groupes pour étudier chacun un aspect de la phase d’observation, ils mettent ensuite en commun leurs travaux sur un logiciel de traitement de texte projeté au tableau en temps réel et qui permet surtout à plusieurs personnes d’écrire sur la même page chacun son tour, tandis qu’une fenêtre de chat (conversation informelle en temps réel) est ouverte sur le côté pour commenter le travail sans interférer directement dessus. Plus besoin non plus de porter le livre dans son sac, les fichiers relatifs à la leçon sont dans l’ordinateur. «C’est très intéressant car cela stimule le travail en autonomie et par petits groupes et enrichit l’apprentissage au-delà du cours magistral», note Elisabeth Laporte, directrice des services départementaux de l’Education nationale.

Pédagogie et numérique

Les collégiens, eux, semblent complètement à l’aise, seulement amusés par l’aéropage venu les observer. «Les élèves de cinquième qui ont un ordinateur depuis déjà un an sont totalement habitués au numérique et sont très demandeurs vis-à-vis des professeurs», constate le proviseur, Jean-Claude Jasmin. Pas question d’imposer toutefois, mais plus d’impulser. «Un enseignant vient parfois s’installer au fond de la classe pour voir comment cela se passe», cite le proviseur. «Notre message aux enseignants est lâchez-vous, innovez, testez», résume Lionel Garnier, le proviseur adjoint. De son côté, Claudio Cimelli veille à l’intérêt pédagogique des projets. «Il ne s’agit surtout pas doucher l’enthousiasme mais d’accompagner les initiatives pour développer leur apport pédagogique. C’est autour de cet objectif que nous travaillons avec les animateurs départementaux, les référents numériques pédagogiques et les professeurs documentalistes des établissements. Notre but est de construire un continuum de culture numérique entre les différents cycles comme c’est le cas à Limeil-Brévannes entre la primaire et le collège», reprend le délégué académique numérique.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi