Education | Créteil | 16/04/2013
Réagir Par

Inauguration et nouveaux partenariats pour l’école de la deuxième chance de Créteil

Publicité

Inauguration E2C CreteilLa foule était au rendez-vous de l'inauguration de l'Ecole de la deuxième chance (E2C) de Créteil ce mardi 16 avril, en présence de l'instigatrice du réseau, l'ancienne Première ministre Edith Cresson. Ouverte depuis octobre 2012, l'école accueille des jeunes sortis du système scolaire sans qualification afin de les aider à définir un projet professionnel et

les remettre à niveau sur les compétences de base (lire, écrire, compter). L’objectif est de permettre à ces jeunes de trouver une formation adaptée à leur objectif professionnel ou d’intégrer directement le monde du travail.

Premier partenariat avec une université

Ces écoles s’inscrivent dans le cadre d’un réseau national d’une centaine de sites financés par l’Etat, les régions et les collectivités locales. Sur le terrain, elles fonctionnent avec tous les partenaires économiques locaux : chambres de commerces, d’artisanat, entreprises locales… pour trouver des stages et des formations aux élèves. C’est dans ce contexte que trois conventions de partenariat ont été signées entre l’e2c94 et ERDF (distributeur d’électricité), Valophis Habitat (office HLM du Val-de-Marne) et l’université de Paris-Est Créteil. Il s’agit du premier partenariat université-école de la deuxième chance en France.

 

 

E2C Creteil

Le site de Créteil est le second  du Val de Marne. Une première E2C a ouvert à Orly il y a déjà deux ans et demi. A ce jour, 444 jeunes d’un moyenne d’âge de 20 ans ont fréquenté l’E2c94 depuis l’ouverture du premier site à Orly en mars 2010 et 59 % d’entre eux en sont sortis avec en emploi soit ou une formation. 41 % des jeunes qui fréquentent l’école résident dans des quartiers classés en zone d’éducation prioritaire.

Voir les précédents articles sur les écoles de la deuxième chance dans le Val de Marne.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi