Santé | Accueil Val de Marne (94) Villejuif | 16/04/2013
Réagir Par

Finances à Paul Guiraud : le directeur de l’hôpital explique la situation

Finances à Paul Guiraud : le directeur de l’hôpital explique la situation

La situation nouvellement déficitaire de l’hôpital Paul Guiraud, qui accueille 80 000 patients en psychiatrie chaque année, a suscité de vives inquiétudes auprès des personnels soignants. Voir article précédent avec les témoignages des infirmiers, aides-soignants et médecins. Le directeur de l’hôpital, Henri Poinsignon, revient sur l’origine de cette situation financière, donne son analyse et apporte des précisions sur les projets d’aménagement foncier.

Explications sur le déficit

«Nous n’avons pas découvert le déficit en 2013. Dès avril 2012, nous avons estimé le budget prévisionnel 2012 en déficit de 600 000 € (les comptes 2012 ont ensuite été clôturés à 1,24 millions € de déficit, soit un peu moins d’1% du budget total de 135 millions €). Cette situation s’explique en partie par des dépenses exceptionnelles liées à l’ouverture de l’hôpital de Clamart (déménagement, ameublement…). Rien que le branchement à l’eau a coûté par exemple 200 000 euros. L’autre source de déficit est l’augmentation de la masse salariale résultant d’une embauche de nouveaux personnels insuffisamment compensée par la diminution du recours à l’intérim. Nous avons augmenté nos effectifs de 18% en trois ans (+340 équivalent temps plein), et, entre janvier et décembre 2012, la masse salariale a augmenté de 8,4%. Ces recrutements ont permis d’ouvrir 54 lits en deux ans et devaient être compensés par une diminution du budget intérim. Or, alors que ce poste était passé de 3 millions € en 2010 à 2 millions € en 2011, avec objectif d’arriver à 1 million € en 2012, il est remonté à 2,2 millions €. Une partie de ce recours à l’intérim est exceptionnelle et correspond à un besoin ponctuel d’aides-soignants à Clamart en raison d’un défaut dans l’installation de balises d’alarmes désormais réglé. Une autre partie est liée à l’organisation.»

De l’organisation horaire et des RTT

«Actuellement, l’organisation horaire est telle que les temps de travail des infirmiers et aides-soignants se chevauche durant 1 heure et demie chaque jour. Si ce temps était réduit à une demi-heure, cela permettrait d’économiser l’équivalent d’environ 50 équivalent temps plein en intérim, soit environ 2 millions d’euros. Sans remettre en question l’accord sur les RTT, il est nécessaire de réfléchir ensemble à une organisation plus optimale, et des conférences budgétaires sont en cours tous les jours à ce sujet. Cette démarche n’empêche pas de défendre notre cause auprès de l’ARS (Agence régionale de santé) afin que l’évolution budgétaire couvre au moins l’augmentation automatique de la masse salariale. (ndlr : la notification définitive de l’ARS doit intervenir fin avril).»

A propos du budget activités

>«Le budget activités a augmenté de 20% sur trois ans même s’il a baissé de 10% entre 2013 et 2012. De plus, des dépenses qui étaient auparavant imputées au poste activités ont été transférées aux frais généraux dans le cadre de marchés public globaux. Plutôt que chaque pôle achète son matériel, nous avons en effet rationalisé ces achats.»

A propos des inquiétudes de fermetures de Matisse, Doisneau et du centre de Choisy

«Rien n’est décidé aujourd’hui. J’ai créé les unités Matisse et Doisneau et s’il est possible de faire autrement, elles ne fermeront pas. Quant au centre d’accueil et de crise de Choisy le Roi, il n’est pas prévu de le fermer.»

Henri Poinsignon Directeur Hopital Pau Guiraud Villejuif

Précisions sur les projets de réaffectation foncière au sein de l’hôpital Paul Guiraud

Dans le contexte de crise au sein de l’hôpital, les projets d’aménagement foncier ont aussi fait l’objet de controverse. Voici les précisions concernant ces projets à partir des documents mis à disposition de la rédaction par la direction de l’hôpital.

Résidence logements sociaux et studios rue Marcel Grosménil

Sur le terrain de 3500 m2, situé au 59 rue Marcel Grosménil, est prévu le remplacement d’un foyer étudiant actuel de 42 chambres avec toilettes sur le palier en une résidence mixte étudiants/logements familiaux.
La nouvelle résidence comprendra 160 studios pour étudiants de 19 m2 (au loyer, déduction faite de l’Allocation pour le logement, de 200 à 250 € selon que l’étudiant est boursier ou non), et 55 logements sociaux de 1 à 5 pièces dont 73% en PLUS et PLAI et 27% en PLS (ces sigles correspondent aux différents niveaux de loyer et d’accès au logement social en fonction des revenus des foyers).
Une partie de ces studios pour étudiants et logements sera réservée aux personnels de Paul Guiraud : 42 studios sur 160 et 17 logements sur 55.
Le montage financier de cette opération prévoit un bail emphytéotique de 50 ans (l’hôpital récupère la pleine propriété au bout de 50 ans) d’un montant de 2,1 millions €.
Opérateur : Sodearif, filiale de Bouygues Bâtiment Ile de France
Les travaux doivent démarrer au printemps 2014 et la livraison du bâtiment est prévue 18 mois plus tard.

Résidence, crèche et salle de sport rue de Verdun et avenue de la République

Ce projet concerne 195 000 m2 situés à l’angle de la rue de Verdun et de l’avenue de République, sur le site de l’hôpital. Ce site accueille actuellement des locaux de service jardin et le pavillon de sécurité incendie qui seront démolis.
Le projet comprend 182 logements dont 109 (60%) en accession à la propriété sur 7176 m2 et 73 logements (40 %) en locatif social sur 4750 m2. 27 des 73 logements sociaux seront réservés aux personnels de l’hôpital.
Le projet prévoit aussi la reconstruction d’une crèche-jardin d’enfants de l’hôpital d’une capacité de 100 berceaux et d’une salle de sport de 300 m2 au-dessus du jardin d’enfants.
Montage financier : les terrains destinés aux logements en accession à la propriété seront vendus à Expansiel Promotion (groupe Valophis). Les logements sociaux feront l’objet d’un bail à construction emphytéotique de 55 ans à Valophis Habitat, l’office HLM du Val de Marne.
Il est prévu de réaliser une opération blanche, c’est-à-dire que la cession des terrains et le bail compense la construction de la crèche, de la salle de sport et des logements sociaux à disposition du personnel. Le coût de construction de ces équipements, s’il faisait l’objet d’une transaction financière, est évalué à 4,3 millions € HT (5,1 millions € TTC).
Ce dossier doit donner lieu à une intégration préalable dans le PLU, soumise en enquête publique. Les travaux ne démarreront donc pas avant l’été 2015 pour une livraison prévisionnelle début 2017.

Réfection du pavillon 29 pour accueillir un centre de la Croix rouge

Depuis 2000, le groupe hospitalier accueille dans le pavillon 30 un centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) de 39 places de la Croix rouge, sur réquisition de l’Etat. Pour accueillir ce centre, il est prévu de reconstruire le pavillon 29, en même temps que le laboratoire déjà installé sur place. Cette opération sera prise en charge par l’Etat, via le bailleur social Valophis habitat mandaté par l’Etat. La mise à disposition du bâtiment fera également l’objet d’un bail emphytéotique.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi