Environnement | Orly | 22/01/2013
Réagir Par

Futur aéroport d’Orly : pas de créneaux en plus ni en moins

Publicité

Interrogé par le sénateur UMP du Val de Marne, Christian Cambon, sur les risques d'augmentation de mouvements (atterrissages et décollages) et de diminution du couvre-feu à l'aéroport d'Orly, dans le cadre des travaux de modernisation de l'aérogare, le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, a indiqué que le nombre de créneaux resterait plafonné à 250 000 et le couvre-feu maintenu de 23h30 à 6h.

« Le projet de moderniser l’aéroport d’Orly, pour plus de 400 M€ sur plusieurs années, suscite de vives inquiétudes au sein des populations des communes riveraines concernées. L’objectif de ces travaux sera de réunir les deux terminaux ouest et sud, mais également de construire une nouvelle salle d’embarquement pour les vols internationaux. Le projet étant de passer de 27 millions de voyageurs en 2011 à 33 millions en 2018. Les communes riveraines qui supportent les nuisances liées aux 400 mouvements quotidiens s’inquiètent du risque de remettre en cause le plafonnement des mouvements d’avions et le respect du couvre-feu qui permet d’assurer la tranquillité des habitants la nuit de 23h30 à 6 heures« , avait demandé le sénateur lors d’une question écrite le 18 octobre 2012.

« Toute infrastructure majeure comme l’est l’aéroport de Paris-Orly nécessite régulièrement des investissements pour se moderniser et mieux répondre à ses missions, sous peine de péricliter. L’aéroport d’Orly a vocation à demeurer, aux côtés de celui de Paris-Charles-de-Gaulle, et avec ses spécificités, l’un des deux aéroports qui desservent la région parisienne. Leur exploitant, Aéroports de Paris, doit donc investir pour maintenir le niveau de service rendu aux usagers à la hauteur de ce qui existe dans les meilleurs aéroports mondiaux. Le projet d’investissement présenté par la société aéroportuaire, pour un montant de 450 millions d’euros, va dans ce sens. Pour autant, l’aéroport d’Orly inscrit son activité dans le cadre de règles strictes et spécifiques qui protègent ses riverains, et notamment un couvre-feu nocturne entre 23 h30 et 6 h00 et une limitation du nombre de créneaux horaires attribuables à 250 000 par an. Aéroports de Paris est avisé que son projet ne saurait s’accompagner d’un changement de ces deux dispositions restrictives« , a répondu le ministre la semaine dernière.

Une réponse qui ne satisfera pas tous les élus des communes riveraines, dont certains réclament une limitation effective des mouvements à 200 000 par an, et un couvre-feu étendu de 23h à 6h30. (Voir article à ce sujet).

Lire aussi : le futur aéroport d’Orly en images
Le devenir de l’aéroport d’Orly divise violemment les élus val de marnais
Daniel Guérin plaide la cause des riverains auprès du ministre

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi