Transports | Grand Paris | 14/10/2013
Réagir Par

«Hausse de la TVA transports : le Grand Paris Express n’y est pour rien!» réagit Christian Favier

Publicité

Christian FavierDans un communiqué appelant à supprimer la hausse de 3% de la TVA sur les transports en commun, qui passera de 7% à 10%, prévue en 2014, Christian Favier, sénateur PCF et président du Conseil général du Val de Marne, s’insurge contre une éventuelle explication de cette hausse par le financement du Grand Paris Express, le futur métro périphérique qui reliera entre elles les villes de banlieue.

«Le financement du Grand Paris Express a été consolidé et entériné par les annonces du Premier ministre le 6 mars dernier. Il prévoit notamment la contribution des collectivités, de l’Etat, l’affectation de recettes fiscales directes et le recours à l’emprunt pour assurer la construction du futur métro. Il n’est pas prévu de hausse des tarifs pour la financer. (…) Il est extrêmement dangereux d’instrumentaliser la hausse tarifaire et d’en désigner le Grand Paris Express comme responsable», défend le président du Conseil général.

Manque à gagner de 98 millions d’euros pour le STIF ou augmentation du ticket

Le sénateur s’élève également contre cette hausse de 3% qui risque de priver le Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF) de 98 millions de recettes en 2014, « alors que ces ressources sont absolument indispensables à l’amélioration de la qualité de service et aux investissements pour moderniser et développer le réseau de transport. (…) Cette hausse aboutit à des réflexions sur une augmentation des tarifs bien supérieure à l’inflation en 2014 et il n’est pas concevable que les usagers supportent une telle hausse alors que les transports publics sont, plus que jamais, un besoin de première nécessité», pointe Christian Favier qui rappelle avoir déposé avec Laurence Cohen, également sénatrice PCF du Val de Marne, un projet de loi proposant la hausse du versement transport des entreprises et une refonte de son zonage. «Depuis 2006, les tarifs sont en hausse de 20% en moyenne, la contribution des collectivités a été rehaussée de plus de 5% alors que le Versement Transport, payé par les entreprises, n’a été augmenté que de 2%. Il est donc nécessaire de corriger cette aberration alors que les entreprises profitent également de la mise en service de lignes de tramways, des renforts de lignes de bus, de l’ajout de RER supplémentaires ou encore des prolongements de lignes de métro», argumente le parlementaire.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi