Education | Accueil Val de Marne (94) Créteil | 19/06/2013
Réagir Par

La qualité de la cantine mobilise les habitants

La qualité de la cantine mobilise les habitants

Concertations publiques Restauration  (8)Est-ce la présence du chef Thierry Marx ou la seule question de la cantine qui a passionné les foules ? Toujours est-il que c’est devant la salle bondée de la Maison des arts de Créteil que le Conseil général a rendu compte des résultats de la concertation organisée cet hiver auprès des habitants du Val de Marne à propos de la cantine dans les collèges, et proposé ses pistes de réflexion.

Dans la salle, une dizaine de collégiens ont témoigné. « Des assiettes mieux présentées et servies avec le sourire, pour donner envie de les manger« , telle est l’une des demandes prioritaires . L’organisation des accès aux réfectoires est aussi évoquée : « Il y a beaucoup de bousculades, qui tournent à l’avantage des plus forts » .

Du côté des parents d’élèves, c’est d’abord la qualité des aliments qui prime. « Il faut trouver une solution pour utiliser l’agriculture bio malgré son coût élevé » estime une mère de famille du Plessis-Trévise. La fraîcheur de produits locaux est synonyme de qualité dans l’esprit des sondés. Thierry Marx, deux étoiles au guide Michelin, juré de l’émission culinaire Top Chef et consultant pour le Conseil général, préconise l’utilisation des circuits-courts et des produits frais, sur le modèle des AMAP. Il est aussi suggéré de se concentre sur les basiques, comme servir du riz bien cuit et pas collé par exemple.

restauration-scolaire-CGParmi les retours de la consultations, les personnels des cantines expriment pour leur part leur souhait de pouvoir transformer des produits en majorité frais et non surgelés comme c’est le cas aujourd’hui. Sur ce point, une représentante du marché de gros de Rungis (MIN) assure qu’un travail commun est possible. Les agents pensent aussi que les enfants réclament plus d’autonomie. Certains ont proposé de mettre en place des jardins pédagogiques pour inciter les élèves à manger leurs propres légumes. Déjà instaurées, les semaines thématiques, souvent consacrées à un pays étranger, sont apparemment bien appréciées.

Au total, plus de 1000 personnes ont répondu à cette consultation via Internet ou lors des sept réunions publiques qui ont eu lieu dans les collèges du département. A charge maintenant au Conseil général, en charge de la cantine des 104 collèges publics du département, d’établir un projet tenant compte de ces revendications et des cinq enjeux qu’il associe à la restauration scolaire : environnemental, social, éducatif, financier et politique.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi