Education | Villejuif | 27/09/2013
Réagir Par

Les enseignants repartent en guerre contre la réforme des rythmes scolaires

Les enseignants repartent en guerre contre la réforme des rythmes scolaires
Publicité

Manifestation Villejuif Septembre 2013Plus d'une centaine d'enseignants, rien que sur la commune de Villejuif, ont manifesté hier devant les bureaux de leur inspection de circonscription à l'appel de l'intersyndicale  SNUDI-FO, SNUipp et Sud, prenant sur leur pause méridienne pour réclamer la possibilité de poursuivre l'aide personnalisée le midi, protester contre la demande de définir leur nouveau projet d'école avant la mi-novembre afin de préparer la réforme des rythmes scolaires, et - surtout- rappeler leur farouche opposition à  cette réforme des rythmes.

Depuis un an, les enseignants se sont mobilisés sans relâche contre cette réforme qu’aucune ville du Val-de-Marne ne s’est risquée à  mettre en place dès la rentrée 2013, attendant la date butoir de 2014. Ils s’opposent principalement au mélange des genres qui pourrait advenir entre temps municipal et temps Education nationale. « Les enfants ont besoin de repères, et voir défiler dans la même salle des enseignants et des animateurs va semer la confusion« , s’inquiète notamment Luc Bénizeau, délégué Snudi-Fo. « Les retours d’expérience que nous avons des écoles de Seine Saint Denis ou de Paris sont catastrophiques« , ajoute Nathalie Charpentier, déléguée Sud Education.

Concrètement, la réforme prévoit de terminer plutôt l’après-midi, en contre partie d’une matinée d’école supplémentaire le mercredi, et de prolonger les activités du milieu d’après-midi par un temps d’éveil pris en charge par les communes. Celles-ci ont en principe jusqu’à la fin décembre pour s’organiser avec les enseignants et personnels communaux afin de proposer un schéma d’organisation.

 

 

Voir les précédents articles publiés sur ce sujet.

 

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi