Justice | | 17/04/2013
Réagir Par

Les frais de communication de Saint-Maur en justice

Les frais de communication de Saint-Maur en justice

Saint Maur IdeopoleAlors que la majorité municipale de Saint-Maur des Fossés s’est définitivement déchirée après que le deuxième adjoint, Sylvain Berrios (UMP), ait battu le maire Henri Plagnol (UMP devenu UDI), aux législatives partielles en décembre 2012, et que le budget 2013 de la ville de Saint-Maur ait été rejeté lors du conseil municipal du 11 avril, c’est maintenant de soupçons de favoritisme, détournement de fonds publics, prises illégales d’intérêt et faux et usage de faux que la ville est accusée.

Le parquet de Créteil a en effet ouvert une enquête préliminaire, confiée à la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE), suite à un signalement des  élus saint-mauriens qui ont quitté la majorité municipale sous l’égide du nouveau député Sylvain Berrios.

En cause : le passage d’un marché de 330 000 euros à une société de conseil en communication, l’agence Idéopole groupe Bygmalion de Bastien Millot, l’ancien directeur de cabinet de Jean-François Copé resté très proche du président de l’UMP, dont près de 250 000 euros ne correspondraient pas à des dépenses réelles. Ces factures concerneraient des publications de la ville qui ne seraient jamais parues. Voir explications détaillées sur le site d’un des opposants du maire actuel, Jean-François Le Helloco.

La Chambre régionale des comptes, à qui devrait revenir la tâche de valider le budget 2013 suite à son rejet la semaine dernière, va avoir de quoi s’occuper.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
8 commentaires pour Les frais de communication de Saint-Maur en justice
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi