Publicité
Publicité : Les Trophées du Territoire CCI 94
Politique | | 04/09/2013
Réagir Par

Les héritiers politiques de Jean-Louis Beaumont

Les héritiers politiques de Jean-Louis Beaumont

Heritiers Saint MaurAlors que les hommages se succèdent suite à la disparition de l’ancien maire de Saint-Maur-des-Fossés, Jean-Louis Beaumont, il est à noter que les principaux leaders de la droite saint-maurienne qui s’affronteront aux élections municipales de 2014 ont tous fait leurs premiers pas politiques à ses côtés. Et à l’époque, la dissidence était déjà de mise…

Henri Plagnol

Henri Plagnol
Jeune conseiller d’Etat fraîchement sorti de l’Ena, Henri Plagnol, l’actuel maire de Saint-Maur, a rejoint l’ancien maire lors des municipales de 1989. Il est alors âgé de vingt-huit ans et devient conseiller municipal délégué au patrimoine historique et à l’université. En 1995, il tente sa chance comme tête de liste à Créteil, face au député-maire socialiste Laurent Cathala. Mais c’est en 1997 que sa route divergera de celle de Jean-Louis Beaumont – alors député-maire de Saint-Maur. Il se présente contre lui aux élections législatives et lui ravit son siège. L’histoire s’est répétée depuis puisqu’Henri Plagnol s’est lui-même retrouvé hors de l’hémicycle en perdant contre son propre adjoint, Sylvain Berrios lors des législatives partielles de fin 2012.

Jacques Leroy

Jacques Leroy
Jacques Leroy, premier adjoint au maire, conseiller général UMP de Saint-Maur Ouest et candidat aux municipales de 2014, a également fait partie de l’équipe de Jean-Louis Beaumont, devenant son adjoint en 1997 avant de s’en éloigner en 1999 lors d’une crise politique à l’occasion de laquelle une partie de la majorité municipale s’était désolidarisée et avait demandé au maire de céder sa place (décidément, l’histoire se répète!), emmenée par Bernard Vincens, lequel se présentera contre Jean-Louis Beaumont en 2001, avec Jacques Leroy sur sa liste. (Lire le dossier de l’Express)

Eliminé par Henri Plagnol dès le premier tour des législatives en 1997 et affaibli dans sa majorité par le clan de Bernard Vincens, Jean-Louis Beaumont prendra sa revanche contre ses deux anciens alliés en les battant de quelques points aux élections municipales de 2001, à l’occasion d’une quadrangulaire de second tour comportant les trois rivaux de droite ! Il achèvera ainsi un cinquième mandat en 2008.

Sylvain Berrios

Sylvain Berrios
Actuel député et investi UMP aux municipales de 2014, Sylvain Berrios a lui aussi fait partie de l’équipe de Jean-Louis Beaumont avant de s’en éloigner en 1996 et de rejoindre Henri Plagnol dont il a été, avant de devenir son deuxième adjoint en 2008, son chef de cabinet lorsque l’actuel maire était secrétaire d’Etat de 2002 à 2004. «J’ai quitté Jean-Louis Beaumont suite à un désaccord relatif au budget et à sa renonciation à la reconstruction des facs d’économie et de droit à Saint-Maur», motive Sylvain Berrios.

Pascale Luciani

Pascale Luciani
Pacale Luciani rejoint l’équipe en 1995 en tant que conseillère municipale. “Nous nous retrouvions ensemble le lundi matin pour rédiger le journal des Villages dans la ville. Nous étions tous dans le même bateau à l’époque. Jean-Louis Beaumont savait réunir des personnalités très différentes.“, se souvient Pascale Luciani. Elle remet sa démission avec fracas en séance du Conseil municipal en 2006 sur constat d’insécurité des enfants dans les crèches, question dont elle avait la délégation et sur laquelle elle était en désaccord avec le maire.

Nicolas Clodong

Nicolas Clodong
Enfin, Nicolas Clodong, conseiller général sans étiquette de Saint-Maur Centre et candidat aux municipales de 2014 avec la liste Saint-Maur Demain, est rentré en politique en rejoignant la liste de Jean-Louis Beaumont en 1995. Il est alors âgé d’une vingtaine d’années. S’il a signé en juin 1999 la fameuse lettre commune de la majorité municipale demandant au maire de démissionner, il indique avoir rapidement rallié le maire en réalisant qu’il s’agissait d’une fronde d’une partie de l’équipe pour se présenter aux municipales de 2001. «En 2001, j’étais bien aux côtés de Jean-Louis Beaumont et j’ai ensuite été son adjoint. Il m’avait accordé son soutien pour les élections municipales de 2014», précise Nicolas Clodong. En 2008, Nicolas Clodong était sur la liste adoubée par l’ancien édile, Des villages dans la ville. (Pour précision, cette liste était emmenée par Jean-Bernard Thonus mais ce dernier n’assiste plus aux séances du conseil
Soutien de Jean-Louis Beaumont a Nicolas Clodong Municipales 2014
). Dans une lettre de campagne imprimée avant le décès de l’ancien élus et qui doit être distribuée ces jours-ci, le futur candidat rend du reste public le soutien de l’ancien maire qui conclut son encouragement par un : «Je vous fais confiance pour résister et je crois que vous pourrez vaincre.»

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
10 commentaires pour Les héritiers politiques de Jean-Louis Beaumont
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi