Emploi | Accueil Val de Marne (94) Villeneuve-Saint-Georges | 31/08/2013
Réagir Par

Mobilisation contre la mise à pied d’une aide-soignante à la maison de retraite Beauregard

Mobilisation contre la mise à pied d’une aide-soignante à la maison de retraite Beauregard

Mobilisation CGT BeauregardA la maison de retraite Beauregard de Villeneuve-Saint-Georges, la mise à pied d’une aide-soignante assortie d’une procédure disciplinaire pouvant aller jusqu’au licenciement, a suscité la mobilisation de la CGT Santé.

Vendredi 30 août, à l’heure où l’aide-soignante devait se rendre à sa convocation par la direction, plusieurs représentants val-de-marnais du syndicat s’étaient déplacés pour la soutenir. Selon le syndicat, il est reproché à l’aide-soignante d’avoir agi en conscience en signalant la difficulté de prendre en charge un patient qui serait atteint de la maladie d’Alzheimer et présenterait un comportement violent, et en demandant un droit de retrait. « Au lieu de placer le patient dans une unité adaptée, la direction a demandé aux aides-soignantes de ne plus rien inscrire dans le cahier de transmission« , regrette le syndicat. « Malheureusement, nous constatons de plus en plus de conseils de discipline pour des raisons similaires« , témoigne Mario Dos Santos, secrétaire départemental CGT Santé.

 

De son côté, la direction indique que le patient en question ne relève pas de la pathologie d’Alzheimer et que c’est aux médecins de décider quelles personnes relèvent ou non d’une prise en charge dans l’unité protégée. Elle ajoute que la procédure disciplinaire ne concerne pas le traitement de ce pensionnaire par l’aide-soignante. La direction dément également qu’il ait été demandé aux aides-soignantes de ne plus rien inscrire sur le cahier de transmission. Concernant l’issue de la procédure, rien n’est encore arrêté.

Au-delà du seul cas de l’aide-soignante de Villeneuve, le syndicat qui doit rencontrer l’Agence régionale de Santé (ARS) à propos d’autres dossiers, souhaite insister sur la prise en charge des patients de type Alzheimer. « Nous manquons de lits dans le Val de Marne », indique Serge Vinet, secrétaire général de l’Union des syndicats CGT du bassin Villeneuvois.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi