Publicité
Publicité: Forfait améthyste Val-de-Marne
Politique | Grand Paris | 23/07/2013
Réagir Par

Réactions au vote de la Métropole du Grand Paris

Grand-Paris-vu-davion Photo Mario FourmyLes réactions des élus Val de Marnais à la résurrection de la Métropole du Grand Paris par l’Assemblée nationale témoignent des questions et inquiétudes qui demeurent autour de ce projet.

Luc Carvounas ne veut pas du suffrage universel tout de suite

LCARVOUNAS--Photos-D.-Calin--Sénateur-maire socialiste d’Alfortville, Luc Carvounas, qui défendait la fusion de Paris et sa proche couronne un seul grand EPCI (Etablissement public de coopération intercommunale) à l’intérieur duquel les communes agiraient comme des arrondissements, a insisté sur la nécessité de bien placer l’ensemble des maires des trois départements (92,93 et 94) au coeur du dispositif et réclamé d’aller plus loin en fusionnant les départements. Globalement satisfait du projet voté au parlement, il a en revanche considéré comme prématurée l’élection des Conseillers métropolitains au suffrage universel direct dès 2020, rappelant que cet amendement (ndlr : suggéré par les écologistes) ne figurait pas dans les propositions des sénateurs et députés socialistes. « Je déposerai un amendement au Sénat visant à supprimer cette mesure« , a-t-il même affirmé dans son communiqué.

Jean-Luc Laurent dénonce la fin de la coopération intercommunale

Jean-Luc LaurentDéputé-maire MRC du Kremlin-Bicêtre, Jean-Luc Laurent, qui a clairement plaidé son hostilité au projet lors de la discussion au parlement, a confirmé son désarroi dans un communiqué : « Rayer d’un trait de plume, dix ans de coopération intercommunale est une erreur. A l’heure où une partie des socialistes franciliens se rallie aux propositions du sénateur Dallier (UMP) (maire d’une commune totalement isolée, bloquant des projets de transports, ne respectant pas la loi SRU), j’invite Bertrand Delanoë à faire entendre sa voix. Le Maire de Paris a une expérience et une vision métropolitaines autrement plus consistantes qu’un sénateur Dallier obsédé par le mécano institutionnel. Je regrette ce vote qui conduit l’Ile-de-France dans une impasse et ouvre la perspective de nouveaux conflits institutionnels. Les jeux ne sont pas faits, le débat se poursuivra au Sénat à la rentrée puis en deuxième lecture à l’Assemblée Nationale. »

Jacques JP Martin souhaite le retour à la concertation via Paris Métropole

Jacques JP MartinA Nogent sur Marne, le maire UMP Jacques JP Martin, parmi les premiers défenseurs historiques de Paris Métropole au sein de la droite, a également manifesté sa vive déception, qualifiant le vote du parlement de mauvais coup contre la métropole et ses habitants et dénonçant un gâchis et une trahison de la part de la ville de Paris. Principal regret de l’élu local : la non prise en compte du travail des 200 élus qui planchent ensemble à l’élaboration du Grand Paris au sein de Paris Métropole depuis cinq ans. « Ce projet va accentuer, voire créer une nouvelle fracture entre la France des métropoles et la France des banlieues périphériques. Le Grand Paris doit être celui du polycentrisme et non celui d’un Paris dévoreur de sa banlieue! », s’agace le maire qui réclame un retour au débat au sein de Paris Métropole pour faire évoluer le projet par le consensus entre les collectivités le composant, en se fixant des étapes pour avancer comme par exemple l’achèvement de la carte d’intercommunalités de minimum 200 000 habitants.

 

 

 

 

 

 

 

2 commentaires pour Réactions au vote de la Métropole du Grand Paris
  • Bonjour,

    Que Luc Carvounas ne souhaite pas de vote ne m’étonne pas ! MDR le suffrage universel pour 2020 c’est trop tôt ! MDR

  • Et pourquoi M Carvounas ne veut-il pas que les citoyens, les habitants puissent élire eux mêmes leurs élus au sein de cette institution dès 2020 ? Aurait-il peur du résultat pour lui et ses camarades du PS, écolos ?
    Tout cela n’est qu’une mascarade, a t’on vraiment besoin de cette métropole ?
    Que sera l’avenir de l’Ile de France de demain ? Allons-nous à nouveau vers des projets pharaoniques, inhumains et surtout toujours plus de pouvoir pour des petits élus, comme Luc Carvounas, dont l’ambition personnelle, lui fait oublier qu’il est Maire d’Alfortville avant tout.
    Géré cette (sa) commune devrait l’occuper à plein temps, mais non il s’éparpille, cumule, et finalement n’apporte rien de concret.
    D’où cette peur pour une éventuelle élection au suffrage universel direct en 2020 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *