Manifestation | Créteil | 11/11/2013
Réagir Par

RESF organise un rassemblement de soutien à des élèves menacés d’expulsion

Publicité

Manifestation Sans Papiers Prefecture Val de Marne 24 novembre 2011Le collectif d'associations RESF (Réseau Education sans frontière) du Val-de-Marne organise ce mardi 12 novembre à 14 heures devant la préfecture de Créteil un rassemblement de délégations d’élèves, enseignants, parents et militants associatifs de plusieurs lycées (Gutemberg et Léon Blum à Créteil, Jean Macé et Camille Claudel à Vitry...) pour soutenir des élèves menacés de reconduite à la frontière.

« Wisale, élève en terminale MSA au lycée Léon Blum de Créteil, a reçu du préfet du Val-de-Marne une obligation à quitter le territoire dans un délai d’un mois car « ses parents ainsi que ses trois frères » vivent au Maroc« , s’indigne le collectif. Suite à un début de mobilisation, la jeune fille a été convoquée  samedi 9 pour retirer un récépissé qu’elle a été chercher accompagnée du député-maire de Créteil, Laurent Cathala.  Elle doit y retourner mardi, poursuit le communiqué RESF qui appelle à la vigilance pour que Wisale se voie attribuer un titre de séjour « vie privée et familiale » qui lui permettra de rester en France.

Le communiqué détaille également les situations des autres élèves concernées : Iness, élève du lycée Jean-Macé de Vitry-sur-Seine, atteinte d’une grave maladie et en attente de régularisation, Anilton, 19 ans, du lycée Jean-Macé de Vitry-sur-Seine, qui a reçu une obligation à quitter le territoire français (OQTF) dans un délai d’un mois en même temps que sa maman alors qu’il est en France depuis plus de 5 ans, Sokona, du lycée Camille Claudel de Vitry-sur-Seine, qui jongle avec les autorisations provisoires de séjour, Guerline, du lycée Gutenberg, originaire d’Haïti où il ne lui reste plus aucune famille et sous le coup d’une OQTF, et encore Carla, mère d’un petit garçon, et qui, ayant terminé ses études au lycée Gutenberg, est en recherche d’emploi, et vient de voir expirer son titre de séjour étudiant.

Le communiqué témoigne également de la situation de plusieurs parents d’élèves, comme Annique qui travaille en France depuis près de 10 ans, a ses trois enfants scolarisés dans le Val-de-Marne et vient de voir refusé le renouvellement de son titre de séjour à l’occasion d’un déménagement de Créteil vers le Plessis-Trévise.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi