Entreprendre | Val de Marne | 27/02/2013
Réagir Par

Un nouveau cluster dédié à l’eau en Val de Marne

Un nouveau cluster dédié à l’eau en Val de Marne
Publicité

Comment faire de la vallée de la Seine un territoire à la pointe du marché de l'eau, avec une stratégie cohérente de projets collectifs? Sous l'impulsion de l'association Seine-Amont Développement, qui regroupe Ivry, Vitry, Alfortville, Choisy et Orly ainsi que le Conseil général du Val de Marne, une centaine d'acteurs économiques, d'élus locaux et représentants d'organismes de formation se sont réunis ce  mardi 26 février au sein de la centenaire usine des eaux Edmond-Pépin pour officialiser le lancement d'un cluster "Eau-milieux-sols".

Un cluster, c’est le regroupement des forces en présence (entreprises, experts) sur un bassin d’emploi donné,  sur un domaine d’activités  : ici, les sciences hydrauliques, la géothermie… Il permet de mutualiser les compétences et les moyens matériels pour que ces différents acteurs établissent une stratégie commune.

Le Val de Marne et l’eau

Le  Val de Marne dispose d’atouts dans cette initiative. Il est le plus grand producteur d’eau potable de France. L’usine des eaux Edmond-Pépin produit à elle seule quelques 400.000 m² d’eau potable par jour tandis qu’Orly et Ivry disposent également chacune d’une usine d’Eaux de Paris. Le territoire ciblé par le cluster (le Val-de-Marne et quelques communes frontalières de l’Île-de-France) concentre au total  7300 emplois et plus de 10% des effectifs nationaux de la recherche et développement sur ces questions. Six laboratoires de recherche publique y sont notamment installés. Au niveau national, le marché « Eau-Milieux-Sols » est estimé à environ 20 milliards d’euros.

 

 

Objectif opérationnel 2014

Suite à plusieurs phases d’études, les quatre thématiques retenues par ce nouveau cluster sont  l’accès aux marchés et le développement des entreprises, l’innovation en lien avec le territoire, l’attractivité et l’influence du territoire et les retombées pour la population. Des axes prioritaires ont déjà été définis : la gestion urbaine de l’eau ou encore les micropolluants et les problématiques sanitaires liées à l’eau. Concrètement, Stephan Dominici, directeur région Nord-Est d’Artelia, estime par exemple que « pour [son] entreprise, leader de l’ingénierie dans le domaine de l’environnement, la création du cluster permettra de développer des partenariats avec les acteurs du secteur de l’eau et surtout de participer aux projets qui touchent l’innovation. » Parmi les grands projets du territoire qui s’appuieront sur ce cluster, Aquafutura, à Ivry, qui concentrera deux pôles de recherches (Paris-Est et la Sorbonne) dans une ancienne usine des Eaux de Paris.

Pour l’instant, les questions de financement et de gouvernance n’ont pas encore été tranchées mais l’objectif fixé par les parties prenantes et de rendre ce cluster opérationnel d’ici la mi 2014.

Lire aussi notre dossier : pas de Grand Paris Est sans la Marne

 

 

 

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi