Municipales 2014 | | 20/01/2014
Réagir Par

A Arcueil, la réconciliation s’annonce délicate entre D. Breuiller et B. Joseph

A Arcueil, la réconciliation s’annonce délicate entre D. Breuiller et B. Joseph

Daniel Breuiller Benoit JosephBenoit Joseph-Onambele, chef de file PS à Arcueil, et Daniel Breuiller, maire sortant EELV, réussiront-ils à s’entendre pour les municipales de 2014 ? Le bureau national du PS le souhaiterait. Mais la partie n’est pas gagnée.

Petit retour en arrière. Alors que le PS fait partie de la majorité municipale sortante, c’est un chef de file favorable à une liste autonome, Benoit Joseph, qui est élu aux primaires de la fin 2013. Ce dernier et son équipe se lancent dans la construction de leur projet, commençant à organiser des réunions publiques et à préparer une liste. Deux élues socialistes, dont la candidate malheureuse aux primaires, Sophie Lericq, qui défendait un maintien dans la majorité municipale, décident de rester dans la majorité sortante. Il s’en suit une crise interne à la section locale avec menace d’exclusion des personnes restées avec le maire sortant.

En 2013, Arcueil est alors une ville de moins de 20 000 habitants et les investitures aux municipales dépendent uniquement de la fédération Val de Marne, laquelle soutient le chef de file élu aux primaires.  Début 2014 toutefois, la population passe le seuil des 20 000 habitants. La décision d’investiture dépendra donc de Solférino. Le 14 janvier,  le bureau national du PS demande à plusieurs chefs de file du département souhaitant s’émanciper de la majorité sortante d’un autre parti de gauche de rentrer dans le  rang. Le cas d’Arcueil est un peu particulier. L’investiture au maire sortant, Daniel Breuiller (EELV) est conditionnée à son acceptation de faire bonne place sur sa liste au chef de file officiel, et de ne pas privilégier les élus qui se sont positionnés en dissidence de leur section locale.

Une rencontre entre les protagonistes doit se tenir ce lundi. En attendant, chacun a réagi à sa façon à la prise de position du bureau national du PS.

Réaction de Benoît Jospeh

Dans un communiqué, Benoit Joseph salue “cette décision qui appelle au respect et au rassemblement de la gauche à Arcueil“, tout en défendant sa démarche et en mettant en garde l’autre partie : “L’unité de toute la gauche doit se construire au delà des clivages partisans, dans le respect des uns et des autres. Respect des partis politiques, de leurs militants de leurs représentants et de leurs procédures, respect des citoyens, respect de l’éthique qui doit être au coeur de toute démarche politique. La réponse aux divergences exprimées ne doit pas être un sectarisme préjudiciable aux Arcueillais. Il y a urgence à ré-oxygéner la démocratie locale et renouveler la classe politique locale face à la montée de l’abstention et des populismes. Les socialistes d’Arcueil sont allés régulièrement à la rencontre des Arcueillais afin de construire un nouveau projet pour notre ville. Nous continuerons d’inscrire ce projet dans une nouvelle dynamique et un profond renouvellement afin de construire ensemble des solutions efficaces et pérennes au bénéfice de l’ensemble des habitants. Plus que jamais, nous souhaitons poursuivre le débat pour que nos idées et nos propositions rassemblent les Arcueillais au delà des clivages politiques. Le premier des socialistes et l’ensemble des socialistes d’Arcueil s’inscrivent dans une marche collective dans laquelle il n’y a pas de place pour le débauchage individuel ou la tromperie des électeurs. Les pratiques observées ces dernières semaines, doivent laisser place à plus de responsabilité et de respect. Nous souhaitons un échange démocratique au service de tous, un débat serein, sans invective et dans le respect de chacun. Ainsi toute la gauche arcueillaise sera unie, plus forte et plus pertinente derrière un projet novateur au service d’Arcueil, notre ville.”

Réaction de Daniel Breuiller

La position du bureau national su PS valide la mienne qui a été dès le départ de les inviter au sein de la fabrique, un dispositif de co-élaboraton avec tous les partenaires. Elle valide aussi la démarche d’un certain nombre de socialistes“, pose de son côté le maire sortant, qui reste un peu dubitatif quant à une réconciliation. “Je ne comprends pas comment Benoit Joseph et ses camarades, qui ont fait campagne en disant qu’il fallait changer la classe politique et dit pis que pendre de mon action, peuvent vouloir venir faire équipe,  mais, s’il y a des socialistes qui veulent sincèrement venir travailler dans le respect, je reste ouvert. Les socialistes qui sont venus ne sont pas dissidents puisqu’ils ont vu leur position validée par le bureau national. Je forme une équipe, pas un cartel des gauches“, poursuit l’élu.”Je n’ai demandé aucun arbitrage national mais j’irai à la rencontre des socialistes dans cet esprit et suis prêt à faire un place dans le respect des autres et l’envie du travail en commun.”

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
39 commentaires pour A Arcueil, la réconciliation s’annonce délicate entre D. Breuiller et B. Joseph
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi