Santé | Val de Marne | 04/03/2014
Réagir Par

Cancer : les patients du réseau Onco Est Parisien reçus à l’Agence régionale de santé

Publicité

CancerUn collectif de patients du réseau de santé Onco Est parisien, dédié au suivi extra-hospitalier  des malades cancer, a été reçu par le directeur de l'antenne Val de Marne de l'Agence régionale de santé (ARS), Eric Véchard,  le 20 février dernier, pour exposer leurs inquiétudes dans le cadre de la fusion programmée par l'ARS de leur réseau avec Roc Est 94 (également dédié aux malades du cancer) et RSG 4 (gérontologie). 

Une fusion destinée à créer un réseau unique tri-thématique (cancérologie, gérontologie, soins palliatifs) qui couvrirait la moitié du Val de Marne*. Cette future organisation, qui fait actuellement l’objet d’un appel à projet, inquiète les patients qui craignent principalement que ce nouveau réseau soit entièrement hébergé au sein d’un hôpital, en l’occurrence le Chic (Centre hospitalier intercommunal de Créteil)  alors qu’ils bénéficient actuellement d’un petit pavillon loin des couloirs d’hôpitaux, à Champigny-sur-Marne. (Voir article détaillé exposant la problématique de la fusion et les réserves des patients).

Le nouveau réseau ne sera pas « hospitalo-centré »

 

Dans cette requête, les patients ont été en partie entendus. Si le représentant de l’ARS 94 ne leur a pas garanti le maintien du pavillon, il leur assuré que le nouveau dispositif ne serait pas hospitalo-centré. « Nous sommes mitigés par la réponse qui nous a été faîte car nous ne sommes pas assurés de disposer d’un lieu permanent. Nous n’exigeons pas absolument le pavillon de Champigny mais un local où nous puissions laisser nos affaires. Nous y recevons des patients et proposons des activités tous les jours », insiste Annie Jarasse, porte-parole du collectif.

 

 

Concilier vie et fin de vie dans un réseau unique

L’autre réserve qu’il reste à lever du côté de ces patients qui n’aspirent qu’à reprendre goût à la vie est l’association de leur réseau aux thématiques de la gérontologie et des soins palliatifs, tous deux destinés à assurer les meilleurs conditions de la fin de vie. Même si la fusion logistique fait sens, l’antagonisme entre projets de vie et de fin de vie constitue un frein important à l’acceptation par des patients en rémission. « Nous voulons vivre!« , résume Annie Jarasse, qui regrette une dominante gérontologie dans le cahier des charges.

Saint-Mandé, Vincennes et Saint-Maurice rejoindront un autre réseau

L’entrevue a également permis aux patients de se faire confirmer que trois communes sortiraient du nouveau dispositif et seraient réorientées vers un autre réseau. Il s’agit de Saint-Mandé, Vincennes, et Saint-Maurice.

La remise des projets devrait être effective fin mars et le choix par l’ARS opéré ce printemps pour une mise en oeuvre du nouveau réseau à partir de cet été.

*Les 27 communes concernées par le projet de réseau de santé tri-thématique:
Alfortville, Boissy-Saint-Léger, Bonneuil-sur-Marne, Bry-sur-Marne, Champigny-sur-Marne, Chennevières-sur-Marne, Créteil, Fontenay-sous-Bois, Joinville Le Pont, La Queue-en-Brie, Le Perreux-sur-Marne, Le Plessis-Trévise, Limeil-Brévannes, Maisons-Alfort, Mandres-les-Roses, Marolles-en-Brie, Nogent-sur-Marne, Noiseau, Ormesson-sur-Marne, Périgny, Saint-Maur-des-Fossés, Santeny, Sucy-en-Brie, Valenton, Villecresnes, Villeneuve-Saint-Georges, Villiers-sur-Marne.

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi