Sécurité | Accueil Val de Marne (94) Champigny-sur-Marne | 13/02/2014
Réagir Par

Champigny : la ZSP du Bois l’Abbé étend sa méthode aux Mordacs

Champigny : la ZSP du  Bois l’Abbé étend sa méthode aux Mordacs
Publicité

Mordacs3En phase d’achèvement de son renouvellement urbain, avec une maison pour tous flambant neuve, des nouveaux commerces, des logements en accession à la propriété en construction, des nouvelles rues plus conviviales et bientôt une crèche et un distributeur de billets, le quartier des Mordacs de Champigny, qui compte quelques 3000 habitants, figure encore parmi les coins sensibles en termes de sécurité même si la situation est moins grave que celle qui a pu exister aux Boullereaux ou au Bois l’Abbé, autres sites campinois.

Afin de renforcer la sécurité de ce quartier en pleine transition, le maire PCF de Champigny-sur-Marne, Dominique Adenot, a donc sollicité l’extension de la ZSP (Zone de sécurité prioritaire) mise en place au Bois l’Abbé fin 2012 à la zone des Mordacs.

Pour rappel, les ZSP (zones de sécurité prioritaire) sont nées en 2012. Au nombre de 80, elles ont été créées en trois phases (été 2012, décembre 2012 et décembre 2013). Il s’agit de quartiers très ciblés au sein desquels l’Etat concentre ses efforts en se fixant un nombre réduit d’objectifs et en s’appuyant sur l’ensemble des services de police et de justice comme par exemple les brigades des douanes qui disposent de pouvoirs étendus (visite, saisie…). Le dispositif s’appuie aussi sur un travail en commun des services de l’Etat et des acteurs locaux (ville, associations…).

Un an de ZSP dans le Val de Marne

Dans le Val de Marne, une seule ZSP a été créée, lors de la seconde phase de décembre 2012, dans le quartier du Bois l’Abbé à Champigny-sur-Marne. Trois objectifs y ont été fixés : la diminution d’occupation des halls d’immeuble, la tranquillité aux abords des équipements scolaires (lutte contre le racket) et la diminution du trafic de stupéfiants. «Le plus important est de déterminer l’objectif et de savoir ce que l’on combat pour mieux concentrer l’effort», insiste Thierry Leleu, préfet du Val de Marne. Concrètement, la mise en œuvre de la ZSP du Bois l’Abbé s’est traduite par quelques 3357 opérations de contrôle dans les halls d’immeubles et autres parties communes, rien qu’en 2013, et plusieurs centaines d’interpellations. Le résultat : une diminution des violences envers les personnes de 46,54% dans le secteur (soit 85 faits en 2013 contre 159 en 2012). La démarche doit se poursuivre en 2014.

 

 

La ville prend aussi sa part de la prévention. Si le maire de la ville est réticent par principe à la police municipale, considérant que celle-ci est du ressort de l’Etat, il travaille en amont avec des ASVP (Agents de surveillance de la voie publique) qui font de la pédagogie sur le partage de l’espace public. «Nous avons également un service qui prend en charge les jeunes de 11 à 15 ans à la sortie du collège et une maison de la justice et du droit», ajoute l’élu. Pour l’instant, la ville de Champigny n’a pas non plus mis en place de vidéosurveillance dans les lieux publics extérieurs, mais une réflexion est en cours pour couvrir certains sites comme les abords des gares.

Pas d’extension de la ZSP mais de la méthode ZSP

Concernant le quartier des Mordacs, le périmètre de la ZSP ne sera pas étendu comme zone de ZSP en tant que telle, seules seize ZSP nouvelles ont été créées fin 2013 dont aucune dans le département. Ce-sont en revanche les méthodes ZSP, à savoir la fixation d’objectifs précis et la formalisation de la collaboration entre les services, qui seront étendues aux Mordacs, ainsi qu’à d’autres sites sensibles du département. Le préfet a ainsi évoqué Orly et Villeneuve-Saint-Georges.

Mordacs1

Le cas des Mordacs

Dominique Adenot Thierry Leleu«La situation aux Mordacs n’a jamais été catastrophique comme cela a été le cas aux Boullereaux ou au Bois l’Abbé, explique Dominique Adenot, mais la période de travaux a suscité des flottements et alors que les habitants commencent à se réapproprier les nouveaux espaces et qu’une fierté retrouvée émerge de cette rénovation urbaine, il est important d’accompagner cette transition aussi sur le plan de la sécurité», motive l’élu. «Il s’agit aussi d’éviter un déport de la criminalité de la ZSP du Bois l’Abbé vers les Mordacs», ajoute le préfet.

En dehors de la concertation et de la concentration autour des objectifs, l’une des premières actions concrètes de ce dispositif sera la mise en place de vidéoprotection dans la zone privée commerciale et son immédiate proximité, dans le cadre d’une convention avec l’Epareca.

Dans le quartier, le renforcement de la sécurité est attendu. «Vous devriez venir plus souvent! lâche une habitante d’un HLM après le départ du préfet venu constater sur place les traces d’incivilités commises dans son immeuble dont la porte d’entrée n’est plus qu’un souvenir. A la pharmacie voisine, une vendeuse enjouée rapporte trois récents cambriolages de la caisse la nuit mais ne se plaint pas, et assure venir travailler et circuler dans le quartier sans peur. En face, le tabac a fermé car il a brûlé. Au Franprix, le caissier semble résigné sur le sujet. Une cliente plutôt âgée explique ne descendre faire ses courses qu’en plein jour à l’heure des sorties d’école, lorsqu’il y a des familles et des enfants, et témoigne s’être déjà faîte voler dans la rue une fois. A la boulangerie, le jeune vendeur ne se plaint pas non plus de son sort. «Je suis jeune alors le courant passe bien avec les autres. Et puis, je fais crédit», dit-il en sortant de sa caisse enregistreuse tous les petits bouts de papier sur lesquels sont notées les avances.

Mordacs2

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Un commentaire pour Champigny : la ZSP du Bois l’Abbé étend sa méthode aux Mordacs
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi