Politique locale | Val-de-Marne | 08/04/2014
Réagir Par

C. Favier (PCF) : “M. Valls signe l’arrêt de mort de la décentralisation”

C. Favier (PCF) : “M. Valls signe l’arrêt de mort de la décentralisation”

Valls-FavierSénateur et président PCF du Conseil général du Val de Marne, Christian Favier a immédiatement réagi aux annonces du Premier ministre Manuel Valls à propos des collectivités locales, et en particulier de la suppression des conseils généraux.

J’ai été particulièrement surpris d’entendre dans la bouche du premier ministre une charge d’une rare violence contre les collectivités locales, la décentralisation et la démocratie de proximité”, commence le président de l’assemblée départementale.”Après avoir repris la mauvaise scie Sarkozyste du «millefeuille» territorial, Manuel Valls a annoncé la diminution des dotations aux collectivités locales de 10 milliards d’euros, la suppression de la clause de compétence générale pour les départements et les régions, la rationalisation de la carte de l’intercommunalité, le regroupement forcé des régions et pour finir, la suppression de tous les départements en 2021… C’est l’arrêt de mort de la décentralisation”, résume l’élu, atterré.

Obnubilé par les attentes du patronat et des marchés financiers, le Premier ministre s’en prend à la démocratie locale et aux services publics de proximité. C’est totalement inacceptable, tonne le sénateur communiste. A nos concitoyens qui, lors des élections municipales, viennent d’exprimer clairement leur attente de proximité, de réactivité, d’efficacité et de protection, le pouvoir, sans aucune concertation répond étranglement financier, éloignement, technocratisation et recentralisation. Il annonce la tenue d’un grand débat sur l’avenir des départements, mais déclare immédiatement que ceux-ci devront avoir disparu en 2021… quel sens peut avoir un tel débat quand la conclusion est ainsi déjà tranchée?

Je mesure parfaitement le coup de communication qui sous-tend une telle annonce. Je regrette profondément qu’un premier ministre qui se dit de gauche, puisse effacer d’un trait de plume trente ans de décentralisation qui ont profondément modifié notre pays, en contribuant à le moderniser, à y développer des solidarités nouvelles, à y entretenir des dynamiques territoriales. Dans ce discours, pas un mot, pas un seul, sur l’action des collectivités locales, de leurs agents, de leurs services publics pour répondre au quotidien aux attentes et aux difficultés de nos concitoyens. Et demain, ce que nous faisons, qui le fera ?”, interroge Christian Favier.

L’élu qui considère cette annonce comme une déclaration de guerre, conclut son communiqué par un appel à la mobilisation et réclame à nouveau un référendum concernant la suppression des départements. “Une attaque d’une telle ampleur implique une mobilisation sans précédent,poursuit-il. J’appelle donc toutes celles et tous ceux, habitants, élus, acteurs de la vie économique, sociale et associative, agents territoriaux qui ne se résignent pas à la mort programmée des collectivités locales à empêcher par tous les moyens la mise en œuvre de ces projets dangereux pour notre pays, dangereux pour la démocratie, dangereux pour la cohésion sociale et territoriale, dangereux pour la vie quotidienne de tous les français. Et pour finir, un tel projet ne pourra être légitime sans que peuple ait pu se prononcer par voie de référendum.”

Lire aussi nos articles sur le projet de suppression des départements de petite couronne.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
7 commentaires pour C. Favier (PCF) : “M. Valls signe l’arrêt de mort de la décentralisation”
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi