Santé | Accueil Val de Marne (94) Villejuif | 30/06/2014
Réagir Par

Cinquième semaine de grève sous tension à l’hôpital Paul Guiraud

Cinquième semaine de grève sous tension à l’hôpital Paul Guiraud

Paul Guiraud PlageParterre de sable, piscine, parasol, table et chaises de buvette en premier plan, banderole « 7h36 c’est la guerre » au second… les agents de l’hôpital psychiatrique Paul Guiraud de Villejuif ont planté le décor pour signifier leur détermination à tenir le piquet de grève tout l’été.

Entamé le lundi 2 juin, le mouvement social attaque aujourd’hui sa cinquième semaine pour protester contre le futur passage de la journée de travail de 8h à 7h36 en contrepartie d’une réduction de 9,5 jours de RTT (de 27 à 18 jours). « Etant donné que nous sommes dans un hôpital, il y a beaucoup d’assignations à travailler et nous ne sommes donc pas trop pénalisés en termes de revenus. Nous nous relayons au piquet de grève sur nos temps de repos« , explique Joël Volson, délégué Sud Santé. Alors qu’aucune discussion n’a commencé entre direction et syndicats, la direction, appuyée par l’ARS, étant d’accord pour discuter des modalités de mise en oeuvre de la nouvelle organisation mais pas pour remettre en question le nombre de RTT supprimés tandis que les syndicats souhaitent commencer par discuter de la réduction même du nombre de jours de RTT, les actions se sont multipliées en marge de la grève, dont la dernière, ce weekend, a débordé les organisations syndicales.

Alors qu’il avait été voté en Assemblée générale de mener une action dans le système informatique, au sein du logiciel de gestion logistique des patients C’Page, pour marquer virtuellement un certain nombre de patients en sortie provisoire, c’est la majorité des patients qui se sont retrouvés déclarés en sortie définitive, empêchant le traitement informatisé des ordonnances et du suivi des patients pendant tout le weekend. Ce n’est qu’à 22h13 ce dimanche que le service des admissions a finalisé la réintroduction de tous les patients sur le logiciel. Une action qui a conduit à un signalement des faits au Parquet. (Voir article précédent sur cet incident) « Nous avons été débordés par des agents sans doute très en colère mais aucun patient n’a été mis en danger et tous les soins ont été assurés normalement », reprend Joël Volson. « Le fait de marquer des patients en sortie provisoire constitue aussi une entrave à la continuité des soins et dépasse l’exercice légitime du droit de grève », fait remarquer la direction de l’établissement.

L’occupation des bureaux de la direction se poursuit

En parallèle, les locaux de la direction sont toujours occupés et les bureaux qui avaient été récupérés par la direction samedi ont été à nouveau repris par les grévistes ce weekend. « Nous sommes prêts à rendre les bureaux si la direction accepte de discuter de la question du nombre de jours de RTT« , conditionne Joël Volson qui ajoute qu’une nouvelle AG fera le point sur la situation ce lundi 30 juin à 13 heures.

Ce 26 juin, l’intersyndicale Sud, Fo, CGT et Ex-CFDT, a écrit au directeur de l’ARS, Claude Evin, pour réclamer une discussion tripartite avec la direction de l’hôpital et l’agence régionale de santé, pointant « l‘insuffisance des moyens alloués dans le cadre de la dotation annuelle de fonctionnement de l’ARS » comme responsable de la situation. Le 24 juin, les cadres de proximité du groupe hospitalier ont également signé une motion commune pour soutenir le mouvement de grève et regretter un manque de concertation sur cette décision

C’est donc particulièrement sous tension que s’entame cette cinquième semaine de conflit social au sein du groupe hospitalier qui soigne chaque année 20 000 patients, dont 80% en extra-hospitalier.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi