Emploi | Accueil Val de Marne (94) Vitry-sur-Seine | 10/04/2014
Réagir Par

De Bruxelles aux chômeurs de Vitry : à quoi sert l’Europe?

De Bruxelles aux chômeurs de Vitry : à quoi sert l’Europe?
Publicité

Marielle de Sarnez FacemA l’occasion de la venue dans ses locaux de Marielle de Sarnez, tête de liste Udi-Modem aux élections européennes, l’entreprise Facem, spécialisée dans la formation professionnelle et le retour à l’emploi témoigne de son rapport à l’Europe.

Situé dans un petit quartier pavillonnaire de la ville, la Facem joue la proximité et le rapport humain. Difficile à première vue de voir le rapport entre Bruxelles et cette petite structure de Vitry-sur-Seine qui compte 7 salariés. Deux salles principales, divisées chacune par des box, accueillent quelques 80 Vitriots chaque mois, pour les accompagner vers l’emploi. « Ici tout type de profil : migrants, bénéficiaires du RSA, demandeurs d’emploi » explique Louisa Mezreb, la directrice générale de Facem. « Il y a une vague récente de femmes qualifiées dans leur région d’origine (Afrique, Maghreb, Pakistan, Asie…) majoritairement venues en France par le regroupement familial ». Une diversité prise en compte par l’entreprise, qui organise l’intégration civique et un bilan de compétence pour ceux qui ont une carte de résidence. « Nous sommes davantage une structure d’accompagnement que de formation », détaille Sidi Zouag, un conseiller formation.

Facem2Mais que vient faire l’Europe dans tout cela ? « Tous nos projets sont financés par l’Europe, seulement les personnes ne le savent pas », regrette la directrice du centre. « On ne dit pas assez ce qui est rendu possible avec les fond européens« , appuie Marielle de Sarnez.

Le problème : Un financement complexe qui passe par plusieurs intermédiaires, l’OFII, Pôle emploi… et qui pourrait être simplifié au niveau européen, explique la la député européenne. « Il faudrait faire une simplification du système de financement en France. »

Autre priorité de la Facem : l’emploi des jeunes, une priorité pour le centre de Vitry qui aide chaque mois près d’une trentaine de jeunes à trouver des emplois en alternance. Là encore, l’Europe intervient. « La création d’un contrat de travail européen pourrait faciliter la mobilité des individus, nous pourrions également rendre un semestre à l’étranger obligatoire pour les étudiants, avec un logements chez l’habitant pour limiter les coûts, créer un lien de réseau PME d’embauche d’apprenti » propose Marielle de Sarnez.  « Il faudrait créer une Maison de l’Europe pour que les jeunes prennent conscience d’une possibilité de partir travailler à l’étranger » ajoute Louise Mezre.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

2 commentaires pour De Bruxelles aux chômeurs de Vitry : à quoi sert l’Europe?
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi