Initiative | Chevilly-Larue | 23/04/2014
Réagir Par

Ferme du Saut-du-loup : la terre comme remède social

Publicité

Logée depuis 2010 dans un ancien corps de ferme attenant au parc de Chevilly-Larue, l'association de la ferme du Saut-du-loup fait de la pédagogie, de l'écologie et de l''insertion sociale en menant des projets fermiers avec différents publics fragilisés. Poulailler bio, ruches, vigne, décoration... Ici, chaque étape se construit au gré des initiatives des usagers.  

L’an passé, des stagiaires bénéficiaires du RSA, envoyés par l’AEF 94 (l’accueil emploi de L’Haÿ et Chevilly) ont ainsi construit un four à pain tandis que des personnes handicapées ont réalisé des plants naturels.  « Les groupes viennent avec leurs idées, ensuite, nous voyons comment faire pour les mettre en oeuvre« , explique Géraldine, animatrice. La ferme compte également des clapiers, des ruches, et même des vignes: 240 pieds de Chardonnay blanc.

« Nous recevons des personnes avec des vies fracassées »

« Se retrouver dans la nature crée une rupture. Nous recevons des personnes avec des vies fracassées qui ont des blessures profondes. En milieu urbain, ils ont leurs codes. Ici, ils peuvent réinventer leur histoire. Cet espace permet de créer du lien entre les personnes, les valoriser, les aider à reprendre confiance en eux, motive Olivier Azéma, directeur de l’association. Toutes les installations ont aussi une visée pédagogique et permettent de sensibiliser à l’environnement. »

Olivier Azéma

 

 

Un poulailler bio avec la Maison Relais de Chevilly

Depuis trois ans, l’association travaille également avec des patients de la Maison Relais de Chevilly-Larue qui accueille notamment des personnes souffrant de schizophrénie. Chaque mardi et vendredi matin, quatre à sept patients du centre, en fonction des disponibilités de chacun et sur la base du volontariat, viennent réaliser des petits projets de jardinage et de construction. C’est avec eux qu’est née fin 2013 l’idée de créer un poulailler 100% bio.

D’ici quelques semaines, tout sera prêt pour accueillir poules et coq, et ce vendredi 18 avril, c’est atelier peinture. « Nous utilisons un mélange de farine, d’huile de lin, et de pigments. Pour la construction nous utilisons du bois et des matériaux récupérés dans les centres commerciaux, par des dons, ou même dans la rue. » explique Géraldine.

peinture saut du loup

« Ici, je peux venir créer et assembler en toute liberté« , témoigne Christophe, l’un des résidents de la Maison Relais. Ce musicien est un inconditionnel de la ferme et compte désormais parmi les 300 adhérents de l’association, ce qui lui permet de venir tous les jours, en dehors de ses répétitions.

Depuis septembre 2013, la ferme a acquis le titre de « Centre social ». Prochaine étape: la qualification en « Espace dynamique d’insertion ».

Contact de la ferme : lafermedusautduloup@hotmail.com

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

4 commentaires pour Ferme du Saut-du-loup : la terre comme remède social
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi