Publicité
Santé | Villejuif | 16/10/2014
Réagir Par

Grève à l’hôpital Paul Guiraud : blocage des admissions à partir de vendredi soir

Paul Guiraud GreveRetour à la case blocage à l’hôpital psychiatrique Paul Guiraud où la séance de négociation de ce mercredi 15 octobre sur les RTT a tourné court. Explications.

« J’ai cherché au cours de négociations trouver un accord avec les organisations pour déployer cette modification du temps de travail mais les propositions faites par organisations étaient beaucoup trop éloignées de notre proposition. Il était impossible de poursuivre cette négociation compte tenu de cet écart », explique Nicole Pruniaux, directrice temporaire de l’établissement déléguée par l’ARS (Agence régionale de santé) depuis le départ du directeur Henri Poinsignon cet été.

A l’origine du conflit : une nouvelle organisation horaire qui réduit les journées de travail de 8h à 7h36, en contrepartie d’une réduction du nombre de jours RTT de 27 à 18, faisant suite à des préconisations de l’Igas. Cette annonce au printemps dernier a donné lieu à un important conflit social qui a duré tout l’été et conduit au départ de l’ancien directeur.

« Nous avions proposé un accord sur 38 heures et 18 RTT, avec des journées de repos compensateur dans le cadre de cycles de 8 semaines.  Les journées de repos compensateurs n’étaient donc plus à notre libre disposition mais inscrits dans le cadre de ces cycles de 8 semaines », expliquer Joël Volson, délégué Sud Santé. « La direction referme donc brutalement la porte en arguant de l’absence totale de marge de manoeuvre que lui accorderait l’ARS. Nous sommes là au coeur du jeu pervers auquel se livrent l’ARS, le ministère et la direction locale qui se rejettent mutuellement la responsabilité de la décision », indique l’intersyndicale SUD santé-sociaux, CGT,FO,UNSA.

« Quand les organisations parlent de jeux pervers, je ne suis pas d’accord avec cette qualification car les préconisations et les instructions de nos tutelles  étaient bien de procéder à cette modification,depuis le début.Nous avons cherché à appliquer cette décision en lui donnant un peu de souplesse », réagit Nicole Pruniaux.

La direction proposait une organisation au sein de chaque pôle pour aménager la prise de journées de repos compensateur tandis que les syndicats souhaitent une organisation identique pour tous les agents.

« Cette organisation par pôle revenait à nous diviser et il n’en est pas question », reprend Joël Volson.

Face à cette nouvelle impasse, la sortie de crise ne semble pas proche.

« Je ne vois pas de sortie de conflit à ce stade, nous allons être attentifs », indique Nicole Pruniaux.

Du côté de la Communauté médicale d’établissement (Cme), on préfère rester en retrait. « Il faut trouver une porte de sortie honorable de part et d’autre et je ne souhaite pas prendre partie », témoigne le docteur Lachaux, président de la Cme.

Suite à une assemblée générale des personnels qui s’est tenue dans l’après-midi de ce mercredi 15 octobre, l’intersyndicale a décidé de bloquer les admissions à l’hôpital pour une durée indéterminée à partir de ce vendredi 17 octobre 19 heures.

« Nous sommes confrontés à une décision politique qui vise un établissement emblématique de la lutte des hospitaliers. Ils veulent donc faire un exemple à Paul Guiraud et cela nous donne ainsi qu’à tous les établissements de santé publique, notamment de la région parisienne la responsabilité de mettre leur plan en échec », motive l’intersyndicale.

La nouvelle organisation horaire doit être mise en place de manière effective le 1er novembre.

Cet article est publié dans , avec comme tags ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *