Grève | Accueil Val de Marne (94) Boissy-Saint-Léger | 09/11/2014
Réagir Par

Grève des agents de Boissy et report du Conseil municipal

Grève des agents de Boissy et report du Conseil municipal

manif-agent-municipaux-boissyLa grève des agents municipaux de Boissy-Saint-Léger devrait se poursuivre le lundi 10 novembre et a provoqué vendredi dernier le report du Conseil municipal.

Après un premier jour de grève en octobre, suivi de deux nouvelles journées d’action ces jeudi 6 et vendredi 7 novembre, les agents de la ville, en désaccord sur des changement de leurs jours congés (dans le cadre d’une mise en conformité controversée) s’apprêtent à reconduire leur mouvement ce lundi 10 novembre, à l’appel des syndicats FO et FSU. Vendredi, 45 agents étaient en grève et autant pourraient l’être à nouveau ce lundi.

Rassemblement devant le Conseil municipal et proposition de huis-clos

Ce vendredi 7 novembre, les grévistes ont prolongé leur journée d’action en se rendant à la mairie, où devait se tenir le Conseil municipal, pour y distribuer des tracts. En réaction, le maire (PS) Régis Charbonnier, a envisagé de provoquer un huis-clos du Conseil municipal. « Il y a avait 60 à 70 personnes dehors et la salle du Conseil municipal est trop petite pour accueillir autant de monde. Il n’y a généralement qu’entre 15 et 20 personnes dans le public. Certaines personnes étaient en outre très énervées et je ne souhaitais pas prendre de risques que cela dégénère« , explique Régis Charbonnier.

Les conseillers d’opposition quittent la salle

En désaccord, les 10 conseillers municipaux d’opposition (UMP-UDI-Modem et groupe Rassemblement citoyen) ont quitté le Conseil municipal. « Pour nous, assimiler le personnel municipal à des délinquants est intolérable, le remplacement du personnel gréviste par les élus et les chefs de service est scandaleux, l’absence de négociation avec les représentants du personnel est inadmissible », motive Moncef Jendoubi, tête de liste du Rassemblement citoyen.

Report du Conseil municipal

Le Conseil municipal ne s’est finalement pas tenu. « J’ai proposé de le reporter au samedi 15 novembre« , indique le maire. Il n’y a donc pas eu de conseil municipal en huis-clos.

Les élus communistes soutiennent le mouvement

Les élus communistes, membres de la majorité, ont pour leur part pris position en faveur des grévistes. « Vous comprendrez que nous ne soutiendrons pas cette fois-ci la majorité municipale dans un conflit qui oppose un patronat municipal à des salariés qui défendent leurs droits », conclut ainsi un courrier envoyé au maire avec copie aux représentants du personnel.

Le maire explique sa position

 « La proposition que j’ai faite aux agents lors de notre dernière réunion revient à conserver le même nombre de jours de congés aux agents, tout en respectant la loi. Ils avaient 38 jours + 3 jours de RTT. Or, le décret n°85-1250 du 26 novembre 1985 relatif aux congés annuels des fonctionnaires territoriaux stipule que le congé annuel doit être d’une durée égale à cinq fois les obligations hebdomadaires de service. Pour 5 jours de travail par semaine, cela revient donc à 25 jours. J’ai donc proposé 25 jours + 13 jours de RTT + 2 jours de fractionnement dans le cadre des droits à congé supplémentaire, ce qui revient à 41 jours au total, comme avant, pour des semaines de 37h50″, détaille Régis Charbonnier, qui accuse la poursuite du mouvement d’être orchestrée par son opposition politique.

Lundi, une délégation de la majorité, sans le maire, devrait à nouveau recevoir une délégation de grévistes.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi