Mouvement social | Accueil Val de Marne (94) Villejuif | 27/05/2014
Réagir Par

Hôpital Paul Guiraud: le conseil de surveillance empêché

Hôpital Paul Guiraud: le conseil de surveillance empêché

Hôpital-Paul-GuiraudAlors que l’hôpital Guiraud de Villejuif vient d’annoncer une nouvelle organisation horaire du travail  comprenant des journées moins longues et moins de RTT, contestée par les syndicats, le Conseil de surveillance programmé ce lundi 26 mai à 9 heures n’a pu se tenir, une soixantaine de personnels ayant investi la salle.

Le président du Conseil de surveillance, Gilles Delbos, a du coup mis fin à la séance. « Le Cpom (Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens) qui est proposé doit être globalement mis en œuvre car il comprend des projets qui méritent d’avancer, mais pas aux dépens du personnel, indique ce conseiller général PCF. Le problème de fond est la raréfaction de l’aide publique.  la dotation de fonctionnement n’augmente que d’environ 0,5%, alors qu’il faudrait au moins 2% rien que pour suivre l’augmentation automatique des frais de personnel, à effectif identique. Dans ce contexte, je soutiens sans réserve le personnel« , poursuit Gilles Delbos. « Effectivement, la dotation est de 830 000 euros pour une augmentation à effectif constant de 2,2 millions d’euros, mais cela n’a rien d’exceptionnel. Cela correspond à l’effort demandé à l’ensemble de la fonction hospitalière depuis déjà plusieurs années« , indique Hadrien Scheibert, secrétaire général du groupe hospitalier.

De son côté, le président de la Communauté médicale d’établissement (CME), Bernard Lachaux, ne souhaite pas prendre position publiquement sur cette question sur laquelle il n’estime pas être légitime, mais fait savoir dans un courrier aux personnels qu’il n’a pas donné carte blanche. « La communauté médicale sera vigilante sur les conséquences concernant l’organisation des soins dans les services et le service rendu aux patients. Une telle stratégie ne peut être envisagée sans une implication et un accord des médecins et de l’encadrement pour évaluer ce qui est possible et ce qui n’est pas acceptable sauf à assumer une régression des conditions de travail et de soins« , écrit-il ainsi.

Ce mardi 27 mai, les quatre syndicats (CGT, Sud Santé, FO et CFDT) ont prévu une assemblée générale commune à 13h30. « Nous exigeons le retrait immédiat de ce plan de la direction sans négociation« , indique Eweda Palette, déléguée syndicale CGT.

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi