Santé | Villejuif | 22/09/2014
Réagir Par

Hôpital Paul Guiraud : vers de nouvelles négociations

Publicité

Hôpital-Paul-GuiraudEn proie à un important mouvement social depuis le mois de juin suite à l'annonce d'une nouvelle organisation horaire qui réduit les journées de travail de 8h à 7h36, en contrepartie d'une réduction du nombre de jours RTT de 27 à 18, l'hôpital psychiatrique Paul Guiraud de Villejuif a connu de nombreux rebondissements cet été,

jusqu’au départ de son directeur Henri Poinsignon, désormais remplacé par Nicole Pruniaux, dépêchée par l’Agence régionale de santé. Entre temps, la direction a entériné le projet de nouvelle organisation pour une mise en application à partir du premier octobre. Une décision que le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l’établissement (le CHSCT) a contesté au tribunal administratif en déposant non seulement un recours sur le fond mais aussi une demande de référé suspension, requête visant à suspendre immédiatement une décision en attendant que le tribunal ait jugé sur le fond. C’est cette requête en urgence que le Tribunal administratif a rejeté ce jeudi 18 septembre. Reste donc la procédure le fond dont les dates d’audience ne sont pas encore connue.

Vers des négociations ?

Une réunion de reprise de négociation, sur l’organisation horaire elle-même et non ses modalités d’application, doit se tenir mercredi 24 septembre en présence de la direction de l’hôpital, des représentants syndicaux et de représentants du mouvement qui ne sont pas syndiqués. Un calendrier de discussion de quelques semaines devrait être alors établi. « Ce n’est pas 8 heures sinon rien mais on ne peut pas accepter 7h36″, commente Joël Volson, délégué Sud Santé qui insiste en revanche sur le refus absolu de mettre en place l’organisation à 7h36 dès le 1er octobre et pose cette condition comme un préalable aux discussions. « Si la direction passait en force, il pourrait y avoir un front du refus au niveau des cadres », prévient le délégué syndical.  Concrètement, des marges de manœuvre pourraient se situer dans une mise en oeuvre assouplie des 7h36 au lieu de 8h (soit 38 heures par semaine au lieu de 40h) négociée par pôle avec des temps de récupération. « Mais il est indispensable pour les personnels de disposer de vrais jours de récupération, pas simplement d’une heure ou deux par-ci« , insiste Joël Volson.

En parallèle, le mouvement social se poursuit. Après plusieurs manifestations locales comme une opération escargot de Villejuif à Clamart (où est situé un important établissement du groupe hospitalier) mardi 9 septembre, la mobilisation va s’inscrire cette semaine dans un cadre plus national.

 

 

Manifestation nationale mardi 23 septembre

Ce mardi 23 septembre, une manifestation nationale baptisée « convergence des hôpitaux en lutte contre l’austérité » se tiendra en effet à 11 heures du matin devant le ministère de la Santé, à l’appel de plusieurs syndicats de différents groupes hospitaliers français dont la CGT et Sud Santé sociaux. Les syndicats dénoncent notamment « des budgets toujours en baisse qui ne couvrent pas toutes les dépenses et des directions d’établissements qui décident de restructurer, de diminuer l’offre de soins, la masse salariale et de supprimer des postes et des services. » A Paul Guiraud, le départ s’effectuera à 9h-9h30 depuis la cour d’honneur de l’hôpital de Villejuif à l’appel des syndicats de l’hôpital mais aussi de la CGT locale, FO et l’UNSA. Les manifestants bénéficieront du soutien de la sénatrice PCF du Val de Marne Laurence Cohen qui a indiqué dans un communiqué qu’elle serait au rendez-vous devant le ministère de la santé, en désaccord avec la future loi de santé publique.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi