Entreprendre | Val de Marne | 06/10/2014
Réagir Par

La CCI 94 innove pour accompagner les entreprises de biotechnologie et santé

La CCI 94 innove pour accompagner les entreprises de biotechnologie et santé

Xavier HagnerelleComment répondre sur-mesure et à moindre coût aux besoins en conseil et formation des entreprises ? La CCI du Val de Marne teste actuellement une solution originale auprès des entreprises de biotechnologie et santé. Explications avec Xavier Hagnerelle, manager du service innovation et intelligence économique de  la CCI 94 et directeur de la pépinière d’entreprises Villejuif Biopark.

Toutes les entreprises n’ont pas les mêmes besoins en termes de formation ou de conseil et les solutions standard ne couvrent pas tous les requêtes spécifiques à tel ou tel secteur d’activité ou stade d’évolution de l’entreprise. Plusieurs sociétés peuvent en revanche avoir les mêmes demandes et les mutualiser mais ne se connaissent pas et n’ont donc pas la possibilité de le faire. Pour contourner cette difficulté, la Chambre de commerce du département teste une nouvelle approche, consistant à identifier des demandes fines et à rechercher leur possible mutualisation ainsi que des modalités de financement, dans le secteur des biotechnologies et santé. En parallèle, la CCI a identifié les experts au sein même du département, en créant des partenariats avec des centres hospitaliers, l’Université Paris Est Créteil et des grands groupes du département.

«Je rencontre les entreprises, identifie leurs besoins et vais voir d’autres sociétés à l’activité proche. Lorsque plusieurs sociétés ont une demande commune, nous créons un groupe de travail pour monter l’offre. Cette démarche permet de diminuer les coûts non seulement grâce à la mutualisation mais aussi en allant chercher des financements, par exemple au niveau européen (Feder)», motive Xavier Hagnerelle, manager du service innovation et intelligence économique de  la CCI 94 et directeur de la pépinière d’entreprises Villejuif Biopark. Titulaire d’une thèse de biophysique à ˆ l’Institut Pasteur, l’instigateur de cette démarche a travailléŽ dans des cabinets de conseil en financement et fiscalitéŽ  de la recherche avant de rejoindre la CCI en 2008.

Partenariat avec les grands groupes, université et centre hospitalier

«Pour démarrer, j’ai ciblé les entreprises de biotechnologie et santé de moins de 40 salariés et travaillé pendant 6 mois à la rencontre de partenaires pour bénéficier de leurs experts en interne. Nous avons reçu un accueil très favorable. Plusieurs grands groupes se sont montrés intéressés pour mettre des cadres experts à disposition mais aussi pour bénéficier eux-mêmes de coaching et formation sur certaines thématiques comme l’expertise réglementaire ou les questions relatives au coût/qualité, détaille Xavier Hagnerelle. L’offre de services sur catalogue est révolue, les gens ont besoin d’offres à façon.»

Des réseaux d’expertise locale

Pour les entreprises, toute cette phase exploratoire est gratuite, elles ne paient que si elles s’accordent sur l’offre une fois montée. Après que l’accompagnement ait été effectué, est prévu un débriefing avec le même groupe de travail, en présence d’un expert ayant une vue extérieure. Le groupe peut ou non se suivre sur la durée, constituant un réseau d’expertise locale, et donner lieu à de nouvelles demandes.

La dimension territoriale (l’expérimentation se tient pour l’instant uniquement dans le Val de Marne) permet de faciliter la mise en relation. «Les entreprises travaillent aujourd’hui sur des marchés mondiaux et leurs cadres n’ont pas de problème pour voler à l’autre bout de la planète mais n’ont pas envie de perdre une demi-journée pour aller de l’autre côté de la banlieue. Il faut être à portée de métro ou d’aéroport !» constate Xavier Hagnerelle.

Objectif : 4 groupes en 2015

Pour l’instant, le dispositif, initié au printemps et lancé fin septembre à Henri Mondor, s’est fixé pour objectif d’accompagner 4 groupes en 2015, chaque groupe pouvant être constitué à partir de 4 personnes. «Nous avons d’abord travaillé avec un échantillon de 10 entreprises pour énumérer les besoins et développer une arborescence thématique. Actuellement, 2 groupes sont en cours de constitution. Nous souhaitons dans un premier Villejuif-Bioparktemps nous assurer que la méthode fonctionne. Ensuite, nous l’étendons à l’Ile de France», précise le directeur de Villejuif Biopark. La pépinière, ouverte en 2011, compte aujourd’hui 14 entreprises du secteur biotechnologies et santé. Au total, quelques 500 entreprises du secteur ont été identifiées dans le Val de Marne.

A lire aussi : Gestion territoriale des compétences, la Mdee innove.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi