Consommation | Val de Marne | 02/02/2014
Réagir Par

La fibre optique s’impose dans le Val de Marne

Fibre optiqueDes zones les plus denses aux zones péri-urbaines,  la fibre optique creuse son sillon. En témoigne la signature ce lundi d’une convention portant sur le plateau-briard. L’occasion de faire le point sur le déploiement dans le Val de Marne.

C’est ce lundi 3 février qu’est officiellement signée entre le Conseil général du Val de Marne et l’opérateur télécoms SFR une délégation de service public (DSP) en vue du déploiement du très haut débit via la fibre optique dans quatre communes du plateau-briard: Villecresnes, Santeny, Mandres-les-Roses et Périgny-sur-Yerres. Au total, le déploiement dans ces quatre commune devrait concerner quelques 8 000 prises. Les travaux devraient commencer d’ici le second semestre 2014. La DSP durera 25 ans et prévoit une contribution du département de 12,49 millions d’euros, dont 0,89 millions d’euros pour le raccordement des utilisateurs finaux. Cette convention prévoit également le déploiement d’un réseau de fibre optique dans les équipements publics départementaux, notamment les collèges.

La cinquième commune du plateau-briard, Marolles-en-Brie, bénéficiera de son côté du très haut débit dans le cadre d’un accord entre le syndicat intercommunal Sipperec et l’opérateur Numéricâble.

Les 42 autres villes du département sont quant à elles réparties en deux groupes.

Zone  dense

Quatorze communes sont classées en zone très dense où chaque opérateur peut avoir un intérêt à investir directement en raison du nombre d’habitants concernés. Orange a par exemple décidé d’investir 2 milliards d’euros sur l’ensemble de la France dans le cadre d’un plan d’investissement fibre portant sur la période 2010-2015. Il annonce ainsi 33% de foyers éligibles à Charenton-le-Pont, 31% à Vincennes, 27% à Nogent-sur-Marne, 25% à Alfortville et encore 24% au Kremlin-Bicêtre. L’opérateur SFR est également présent et annonce  à Charenton-le-Pont 40% de logements éligibles, Maisons Alfort (23%), Saint Maurice (20%), Alfortville (9%) et Créteil (6%). Les villes en zone très dense sont Saint-Mandé, Vincennes, Nogent-sur-Marne, Fontenay-sous-Bois, Joinville-le-Pont, Saint-Maurice, Charenton-le-Pont, Ivry-sur-Seine, Le Kremlin-Bicêtre, Gentilly, Alfortville, Maisons-Alfort, Cachan et Créteil.

Zone moins dense : Orange ou SFR

Orange SFR Val de MarneLes autres communes, classées en zones moins denses, font l’objet d’une convention entre l’Etat, la région Ile de France et les opérateurs  SFR et Orange qui s’engagent à co-financer le déploiement en prenant chacun en charge la maîtrise d’oeuvre d’une partie des villes. Dans le Val de Marne, les deux opérateurs ont commencé leur déploiement. Orange est en charge de Bry-sur-Marne, Villiers-sur-Marne, Le Plessis-Trévise, où il a fêté son 500e abonné fibre récemment, La Queue-en-Brie, Noiseau, Ormesson, Saint-Maur-des-Fossés, Arcueil, Villejuif, L’Haÿ-les-Roses et encore Sucy-en-Brie où le déploiement est également opérationnel. SFR est en charge du Perreux-sur-Marne, Champigny-sur-Marne, Valenton, Limeil-Brévannes, Villeneuve-Saint-Georges, Choisy-le-Roi, Orly et Chevilly-Larue où il annonce avoir déjà signé 11% des logements.

SFR intervient également dans le département via une autre délégation de service public, Opalys, attribuée par le syndicat intercommunal Sipperec il y a déjà 6 ans et qui concerne 13 villes dont 3 dans le Val de Marne : Nogent-sur-Marne, Villeneuve-le-Rois et Thiais.

A quoi ça sert ?

optical fibreLe très haut débit issu de la fibre optique permet de recevoir – et d’envoyer des données en gigabit/seconde,  au lieu d’une vingtaine de mégabit/seconde en réception et en-dessous d’un mégabit/seconde en émission avec l’Adsl. Pour quoi faire ? Concrètement, cela ne changera rien pour surfer sur le Net, lire ses mails ou regarder la TV sur un seul écran, mais  rendra plus confortable la TV haute définition et permettra surtout de regarder plusieurs écrans en même temps dans un foyer, ainsi que  de gérer en ligne toutes ses données (via le ‘cloud’, nuage). D’autres services domotiques restent encore à imaginer.

Comment s’abonner

Le déploiement de la fibre optique par les opérateurs s’arrête à la rue, via des armoires de raccordement. D’autres opérateurs (qui peuvent être les mêmes mais pas obligatoirement) prennent ensuite le relais pour distribuer la fibre jusqu’aux immeubles. Ce-sont les assemblées de copropriétaires qui doivent inscrire le raccordement à la fibre optique à l’ordre du jour et désigner un opérateur avec qui ils signeront une convention de raccordement.  A noter que n’importe quel propriétaire peut réclamer que ce sujet figure à l’ordre du jour. Un locataire peut également l’exiger en le demandant à son propriétaire. En principe, le raccordement à la fibre optique est gratuit pour la copropriété. Voir le modèle de Convention de raccordement proposé par l’ARCEP. Les propriétaires de pavillon individuel peuvent aussi demander à être raccordés. Le prix dépend dans ce cas de la configuration mais est tourne en général autour de 150 euros.

Une fois l’immeuble raccordé à la fibre, chaque résident peut choisir l’opérateur de son choix pour relier son appartement. Il y a donc trois étapes  : un opérateur fibre la rue, un opérateur relie l’armoire de la rue à l’immeuble, un opérateur propose l’offre depuis l’accès de l’immeuble. Les trois peuvent être le même opérateur, ou pas.

Voir notre article sur le haut-débit mobile et notre carte des antennes 4G dans le Val-de-Marne.

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

11 commentaires pour La fibre optique s’impose dans le Val de Marne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *