Publicité
Publicité : Ordival 94
Environnement | Orly | 10/04/2014
Réagir Par

L’aéroport d’Orly la joue écolo

L’aéroport d’Orly la joue écolo
Publicité

Marais filtrantIl n’y a pas que le kérosène qui pollue l’atmosphère au décollage des avions, les dizaines voire centaines de m3 d’antigel (glycol) utilisés pour dégeler les pistes lors des hivers rigoureux rejoignent les eaux de ruissellement et contribuent à une autre forme de pollution.

Bien que les eaux de pluie et autres liquides qui cheminent sur les pistes fassent déjà l’objet d’un traitement avant de rejoindre la Seine, via un Système de Traitement des Eaux Pluviales (STEP) qui traite chaque année entre 3 et 5 millions de m3 d’eaux de ruissellement, Aéroports de Paris a donc décidé de tester à Orly un système de traitement naturel pour prendre en charge cette pollution spécifique et hivernale liée à l’antigel. La solution : un marais filtrant. Une initiative innovante pour l’instant uniquement testée dans l’aéroport val-de-marnais.

A proximité des pistes, ce-sont ainsi quelques 36 000 pieds de roseaux qui ont germé depuis l’année dernière, donnant aux confins de l’aéroport un petit air de campagne un peu désertique. Concrètement, le dispositif qui ne fonctionne que les hivers froids, et n’a donc pas été testé cette année, constitue une nouvelle étape intermédiaire avant le traitement classique par le STEP.

Bassin tampon Marais Orly

Un premier bassin tampon de 13 000 m2 traite l’eau par l’effet de la biomasse (bactéries et éléments nutritifs). Ce traitement dure de 24h à 48h, selon la charge de pollution. Le marais filtrant de 6500 m2 prend alors le relais, via une douzaine de bassins constitués de roseaux plantés dans du sable et de granulats. C’est le sable qui procède à l’épuration, les plantes ne servant qu’à l’oxygénation de ce filtre minéral. Immédiatement absorbée par le sable, l’eau ne stagne pas dans le marais. Cette seconde étape prend une journée.

En tout, deux à quatre jours suffisent pour éliminer le glycol. « Pour tester le système, on a déversé 2 tonnes et demi de glycol dans le bassin, en 24 heures, 99% des particules ont été éliminées » explique un directeur du chantier.

Marais filtrant2

Le système est également muni de capteurs à la sortie qui permettent de vérifier la qualité de l’eau : si elle n’est pas satisfaisante, retour à la case départ pour un nouveau cycle.

Faute de neige cet hiver, le marais filtrant devrait être effectif en fin d’année 2014.

Combien ça coûte ? Environ 5 millions d’euros dont 4 millions ont été pris en charge par ADP et 1 million par l’agence de l’eau.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

3 commentaires pour L’aéroport d’Orly la joue écolo
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi