Transports | Accueil Val de Marne (94) Val de Marne | 05/05/2014
Réagir Par

Lancement de l’enquête publique sur l’autoroute ferroviaire atlantique

Lancement de l’enquête publique sur l’autoroute ferroviaire atlantique
Publicité

Autoroute ferroviaire atlantique Val de MarneLe projet d’autoroute ferroviaire atlantique, qui transportera dès 2016  sur plus de 1000 km les semi-remorques de Bayonne (Tarnos) à Lille (Dourges) en passant, dans le Val de Marne, par Ablon-sur-Seine et Valenton avant d’emprunter la grande ceinture à Sucy-Bonneuil pour remonter vers Noisy-le-Sec et Bobigny, fait l’objet d’une enquête publique depuis ce lundi 5 mai pour une durée d’un mois.

Train ferroutage 2Ce projet, qui constituera une alternative à la liaison ferroviaire actuelle Perpignan – Luxembourg, et surtout à la route, s’appuie sur les lignes de chemin de fer existantes mais nécessite des aménagements techniques pour permettre le passage des wagons surbaissés spécialement pour le chargement et déchargement des remorques. Il s’agit concrètement d’éléments comme les tunnels, ponts, quais, abris de quais,  éléments de signalisation au sol (panneaux par exemple), éléments d’aiguillage,  marchepieds, pictogrammes, etc. dont il faut vérifier qu’ils ne risquent pas de rentrer en collision avec les convois. Quelques ponts et ouvrages devront aussi être modifiés. C’est le cas par exemple du pont-rail de Valenton dont les poutrelles latérales ne permettent pas le passage des trains surbaissés.

Objectifs économiques et écologiques

Train ferroutageDès 2016, ce-sont des convois de 750 mètres de long qui devraient pouvoir circuler sur cette autoroute ferroviaire de 1050km.  En 2019, ce-sont ensuite des trains d’un km de long qui transporteront les semi-remorques.  Chaque train pourra transporter jusqu’à 60 remorques et quatre convois sont prévus chaque jour, soit 240 remorques au quotidien. L’enjeu est à la fois économique et écologique. Le marché potentiel de ce fret ferroviaire est évalué à  950 000 semi-remorques/an en 2015 et 1,1 millions semi-remorques /an en 2023. Sur les 15 ans d’exploitation, 1,2 million de tonnes de CO2 (dioxyde de carbone) devraient être économisées, correspondant à environ 1,1 million de remorques transportées sur cette période. Le projet fait l’objet d’une concession de 17 ans entre l’Etat et Lorry Rail, filiale de la SNCF et déjà exploitant de la ligne Perpignan Luxembourg.  Le montant d’investissement est évalué à 288 M€ pour les travaux de construction (dont 80 M€ pour la réalisation des 2 terminaux de Dourges et Tarnos) et à 107 M€ pour le matériel ferroviaire.

Tous les documents en ligne

Pour en savoir plus, l’ensemble des documents de présentation, notamment l’avis de l’Autorité environnementale et les réponses apportées par le maître d’ouvrage, ainsi que les cartes détaillées, sont disponibles en ligne sur le site VIIA, la marque commune des activités d’autoroute ferroviaire de Geodis et SNCF. Il est également possible de déposer ses remarques directement sur Internet, via un registre en ligne.

 

 

Deux permanence du commissaire enquêteur

L’enquête publique concerne les communes d’ Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine, Choisy-le-Roi, Orly, Villeneuve-le-Roi et Ablon-sur-Seine et le commissaire enquêteur tiendra deux permanences à Villeneuve-le-Roi (mairie, centre administratif, 154 ter avenue de la République) le vendredi 09 mai 2014 de 08h30 à 11h30 et le lundi 26 mai 2014 de 14h00 à 17h00. Tous les documents sont aussi disponibles aux heures d’ouverture des villes citées ci-dessus.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
2 commentaires pour Lancement de l’enquête publique sur l’autoroute ferroviaire atlantique
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi