Handicap | Val-de-Marne | 11/09/2014
Réagir Par

L’APF s’inquiète du devenir des Maisons départementales des personnes handicapées

L’APF s’inquiète du devenir des Maisons départementales des personnes handicapées

Handicap © CenturionStudio.it - Fotolia.comLe nombre de personnes âgées de plus de 85 ans devrait selon les prévisions passer de 1,4 million aujourd’hui à 5,4 millions en 2060. C’est dans ce contexte que l’Assemblée nationale vient d’achever ce jeudi 11 septembre l’examen du projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement dont le vote se tiendra mercredi 17 septembre.

Parmi les mesures, la revalorisation de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) et le « droit au répit » pour les aidants familiaux (qui passera par une aide financière).

L’Association des Paralysés de France s’inquiète pour sa part du devenir des Mdph (Mises en place par les Conseils généraux, les Maisons départementales des personnes handicapées associent département, services de l’Etat et organismes de protection sociale pour accueillir et permettre l’accès aux droits et prestations des personnes handicapées),  dont le nombre de demandeurs a fortement augmenté ces dernières années, conduisant à

Claude Boulanger Reijnen
des délais d’instruction de dossier de parfois 18 mois. « Dans le Val de Marne, 83 029 personnes avaient au moins un droit ouvert à la MDPH au 1er janvier 2014, soit 6,16% de la population.  En termes de ménages, 15%  sont concernés« , chiffre dans un communiqué Claude Boulanger-Reijnen, représentant régional de l’APF. Rien que de 2012 à 2013, le nombre de demandes déposées a augmenté de 6,7% et le nombre de décisions prises de 2,4% précise le communiqué.

Bien que ne figurant pas dans le texte de loi, l’éventualité de créer un guichet unique pour les personnes âgées dépendantes et les personnes handicapées via des Maisons de l’autonomie (Mda) qui engloberaient les Mdph, inquiète l’APF qui craint que les Mda n’englobent les Mdph à moyens constants. L’APF réclame également un égal accès aux droits pour tous, quel que soit l’âge, pour  que le handicap ne soit pas perçu différemment avant et après 60 ans.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags Assemblée nationale, Claude Boulanger-Reijnen, , Personnes âgées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi