Environnement | Orly | 03/01/2014
Réagir Par

La commission d’enquête publique rend un avis favorable à l’extension de l’aéroport d’Orly

Publicité

Future salle embarquement international Aeroport Orly 3Soumise à enquête publique auprès de la population, la construction d'un bâtiment de jonction entre les aérogares Sud et Ouest de l'aéroport d'Orly vient de recevoir un avis favorable de la Commission d'enquête, au grand dam de ses détracteurs.  Son rapport a été publié ce 31 décembre 2013. 

Ce nouveau bâtiment de 80 000 m2, qui donnera un coup de neuf à l’aéroport construit dans les années 1960,  doit à la fois fluidifier les parcours des voyageurs et renforcer l’offre de shopping sur place. (Voir le projet en images)

Alors que la présence même de l’aéroport d’Orly en zone dense de la banlieue parisienne est une cause de querelle depuis des années, (entre partisans de l’aéroport qui le considèrent comme un indispensable moteur de développement économique et détracteurs qui souhaitent sa délocalisation pour éviter d’en subir les nuisances), l’enquête publique a donné lieu à moult réactions de la part des habitants, non seulement des cinq communes immédiatement riveraines de l’aéroport (Orly, Villeneuve-le-Roi, Paray-Vieille-Poste, Athis-Mons et Wissous) qui faisaient officiellement l’objet de l’enquête mais aussi des villes un peu plus éloignées comme par exemple Saint-Maur-des-Fossés. Au-delà de la question de la construction du bâtiment, la perspective d’une extension du trafic passager dans l’aéroport a suscité des inquiétudes concernant une croissance du trafic aérien autour d’Orly. Des inquiétudes reconnues comme légitimes par la commission d’enquête bien qu’elles soient hors sujet par rapport au projet de construction du nouveau bâtiment.

La commission d’enquête suggère l’intervention de la Commission nationale du débat public (CNDP) dans le futur

« L’objectif de l’enquête publique est de permettre l’expression de la population au sujet du projet soumis à l’enquête et de recueillir les avis sur un programme établi par un maître d’ouvrage. Néanmoins, dans les faits, le public s’exprime sur les problèmes qui le préoccupe : les nuisances aériennes dans le cas présent », note ainsi le rapport. Au total, 455 observations ont été formulées par les habitants et associations, et les différentes pétitions ont recueilli environ 4 500 signatures.

Un vrai cas de conscience pour la commission d’enquête : « Devant le nombre de signataires, la commission s’est interrogée pour savoir si elle devait prendre ces observations en considération pour émettre son avis motivé. Elle a estimé qu’elle n’avait pas qualité pour décider de déroger à la décision de la présidente du tribunal administratif de Melun, en se prononçant sur un objet extérieur à l’enquête qui lui a été confiée. Néanmoins, il semble difficile au regard du nombre de ces observations qu’elles soient totalement ignorées. Elles témoignent en effet de l’inquiétude des riverains et de leur volonté de préserver leur cadre de vie et leur santé. (…) Bien que ces observations ne concernent pas l’objet de l’enquête, elles ne peuvent pas être totalement ignorées par les autorités publiques. Elles reflètent en effet l’unique préoccupation des populations voisines de l’aéroport au sujet des craintes exprimées en matière de développement et des supposées nuisances aériennes supplémentaires. La commission d’enquête recommande donc aux autorités publiques d’y prêter attention, notamment à l’occasion de l’instruction d’autres procédures administratives, prévoyant éventuellement l’intervention de la Commission Nationale de Débat Public (CNDP). »

Des contributions enthousiastes également

Le rapport relève a contrario que beaucoup de personnes ont aussi exprimé leur enthousiasme vis-à-vis de ce projet, comme pour contrebalancer les pétitions hostiles. « 229 avis favorables ont été exprimés. Il s’agit d’un fait très rare à prendre en compte. Habituellement, les personnes favorables à un projet ne se manifestent pas ou très peu lors d’une telle enquête publique, surtout que dans le cas présent, elles se sont déplacées », pointe le rapport.

 

 

Attention à l’accès et à l’évacuation des eaux

Concernant deux points plus techniques, l’accès à l’aéroport et l’évacuation des eaux, le rapport se satisfait des projets de transport en commun prévus dans le secteur et acte que ce n’est pas à Aéroports de Paris (Société d’Etat qui exploite l’aéroport d’Orly) de s’atteler à la réduction de la circulation autoroutière. Il recommande en revanche une étude sur l’évacuation et l’assainissement des eaux usées et pluviales supplémentaires liées à la réalisation du bâtiment de jonction.

Le maire de Villeneuve-le-Roi, Didier Gonzales, dénonce un saucissonnage du projet de développement pour échapper à la saisine de la CNDP

Au terme de cette analyse, la commission d’enquête a donc rendu un avis favorable au projet, tout en l’assortissant de recommandations, prenant en considération les inquiétudes des riverains.  Une position vivement regrettée par le maire de Villeneuve le Roi, Didier Gonzales, parmi les ardents défenseurs d’une délocalisation de l’aéroport et à l’initiative d’une pétition contre le projet d’extension. « Il s’agit d’une nouvelle phase du plan de développement de cet aéroport (travaux sur les pistes en 2006 et 2009 pour accueillir les gros-porteurs, construction d’un nouveau satellite pour gros-porteurs)« , s’inquiète l’élu dont la ville est l’une des plus impactées par la gêne sonore liée au trafic aérien.  » Face à ce projet, les riverains se sont mobilisés massivement, malgré cette enquête publique a minima, pour exiger le respect du plafonnement à 200 000 mouvements et s’opposer à l’augmentation du nombre de gros-porteurs, dans un tissu urbain très dense. Outre les avis portés sur les registres et les courriers envoyés au président de la commission d’enquête, ce sont ainsi 4 500 pétitions qui ont été remises à la commission. Plusieurs conseils municipaux de l’Essonne et du Val-de-Marne ont adopté des vœux allant dans le même sens. Enfin, une lettre ouverte au gouvernement a été signée par 50 parlementaires, maires et conseillers régionaux », détaille l’édile qui dénonce un saucissonnage du projet de développement d’Orly afin d’échapper à toute saisine de la Commission nationale du débat public (CNDP). « Il est pourtant  urgent que le gouvernement engage un vrai débat public sur les projets ADP et l’avenir de la politique aéroportuaire en Île-de-France », conclut le maire.

Réaction en demi-teinte de Daniel Guérin

De son côté, Daniel Guérin, conseiller régional et général d’Ablon Villeneuve-le-Roi,  se réjouit que l’Etat, par la voix du ministre des transports, ait donné la garantie du maintien des règles protectrices des riverains (couvre feu, plafonnement du nombre de vols) et conforté le dispositif d’aide à l’insonorisation qui sera élargi à plus de logements autour d’Orly. « Mais la prise en compte de nos droits doit être défendue, améliorée et les retombées de l’activité économique mieux réparties sur les territoires au profit des communes qui supportent le plus de nuisances. Ce sont les combats qui nous restent, évidemment, à conduire par delà les conclusions de l’enquête publique« , insiste l’élu. Concernant le rapport de l’enquête publique, Daniel Guérin demande aux pouvoirs publics et à l’exploitant de prendre en compte l’alerte constituée par l’expression des inquiétudes d’associations, de riverains et d’élus auxquels il rappelle s’être associé. « Si l’expression de celles-ci dans le cadre de cette enquête publique est en partie due aux mensonges colportés par certains sur la portée réelle du projet, elles reflètent aussi un profond malaise qui doit être entendu« , pointe-t-il.

Lire le rapport complet de la commission d’enquête et ses conclusions.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi