Publicité
Publicité : Ordival 94
Municipales 2014 | Val de Marne | 06/03/2014
Réagir Par

Le Front National franchit les onze listes dans le Val de Marne

Le Front National franchit les onze listes dans le Val de Marne
Publicité

Elections municipales 2014 © RVNW - Fotolia.com(Mise à jour 6 mars, 15h) Le FN Val de Marne, qui avait annoncé entre 10 et 20 listes puis ajusté son objectif à 10 candidats dans le département, vient d’atteindre ce chiffre avec l’annonce de sa présence à Créteil puis Ormesson, ce qui porte à onze le nombre de ses candidats. Le Parti de Marine Le Pen réussit ainsi à se positionner dans les trois villes les plus peuplées du département : Créteil, Vitry-sur-Seine et Champigny-sur-Marne.

En dehors d’Ormesson (moins de 10 000 hab) et du Plessis-Trévise et ses 19 095 habitants, toutes les communes où le parti candidate comptent plus de 20 000 habitants et, au total, les onze villes qui accueilleront un candidat FN représentent plus d’un tiers de la population du Val de Marne (voir tableau ci-dessous).

Au-delà de la taille des communes, le parti s’est implanté en fonction de l’ardeur de tel ou ou tel militant local à monter sa liste, ce qui ne correspond pas systématiquement aux terres où il dispose des meilleurs scores. Le parti a toutefois passé le cap des 10% aux présidentielles dans toutes les communes où il se présente, avec même une pointe à  18,02% à Villeneuve-Saint-Georges et 16,23% à Limeil-Brévannes. A Créteil cependant, Marine Le Pen n’a dépassé les 10% que de peu, affichant un score de 10,53%.

Vers un réseau d’élus locaux frontistes

Une autre caractéristique des candidats frontistes du département est leur jeunesse, la plupart ayant en-dessous de 30 ans avec un benjamin de 18 ans à Créteil. A noter également que toutes les têtes de liste sont masculines. La seule femme annoncée, Graciosa Batista, a finalement laissé place à Gilles Parmentier à Villiers.

« Les élections municipales constituent pour nous un enjeu essentiel pour asseoir notre crédibilité grâce à un maillage d’élus locaux qui s’ancreront dans la durée dans le paysage politique. Il s’agit de relayer le discours de Marine Le Pen via ces élus de proximité« , expose Nicolas Bay, secrétaire général adjoint du parti en charge des élections dans les communes de plus de 1000 habitants, qui se montre confiant dans l’atteinte, voire le dépassement, de l’objectif des 500 listes en France dont 80 à 90 en Ile de France. Un score qui dépasserait alors le recors de 1995 où le parti avait présenté 480 candidats en France contre 190 en 2001 et 119 en 2008.  Le secrétaire général adjoint mise ainsi sur 1000 à 1500 élus municipaux dans le pays.

Ambitions en terre communiste

Dans le Val de Marne, seules deux listes FN s’étaient présentées en 2008, à Villeneuve-Saint-Georges et L’Haÿ-les-Roses (commune qui ne comptera pas de candidat frontiste cette année). Pour le Front National, le Val de Marne communiste est une terre de mission privilégiée. Le parti qui fustige dans son discours la « trahison des ouvriers par un PCF allié au PS et sa politique ultralibérale »  espère recouvrir le marteau et la faucille de la flamme frontiste. « Nous ne sommes plus dans le clivage droite-gauche mais patriote-mondialiste », insiste Nicolas Bay.

Réactions des autres partis

Face à cette offensive, les réponses diffèrent. Les maires sortants prônent l’union tandis que leurs concurrents prêchent au contraire le vrai choix dans la diversité. Ainsi en est-il de Vitry-sur-Seine où Alain Audoubert, maire PCF sortant soutenu par le PS, a regretté que la gauche ne soit pas partie unie « pour faire barrage à la droite et l’extrême droite« , alors qu’à ses côtés ont germé deux listes, l’une portée par l’écologiste Jacques Perreux et l’autre par Bertrand Potier (PG ne se revendiquant pas de son étiquette).

« Ce n’est pas en criant au loup qu’on l’empêche de progresser. Depuis le temps que le Front National avance, cela se saurait. Ce sont les politiques d’austérité, les inégalités sociales qui nourrissent les divisions et font le meilleur nid à la droite et à son extrême. S’y opposer n’est pas affaire de posture mais d’actes politiques concrets », s’est défendu Jacques Perreux dans un communiqué au vitriol dénonçant les « effets désastreux du « parachute doré » de 450 000 euros donné au directeur de la SEMISE alors que des habitants de certaines cités se sentent abandonnés, que des réparations, parfois mineures sont refusées (…). »

Le FN ne s’attaque cependant pas seulement aux villes PCF comme Champigny, Vitry, Villejuif et Villeneuve-Saint-Georges, mais aussi aux autres couleurs politiques comme EELV (Arcueil), le Modem (Le Plessis), le PS (Créteil) et l’UMP (Ormesson, Villiers et le Perreux). C’est du reste dans les villes UMP que la présence du Front National pourrait rogner le plus sur les suffrages au maire sortant, notamment à Ormesson où ce dernier est déjà fragilisé. Que se passera-t-il alors au second tour ? Du côté du parti de l’ancienne majorité présidentielle, une réponse de principe a été apportée par le patron de l’UMP 94, Christian Cambon en septembre 2013, se refusant à toute alliance.

Ci-dessous les dix villes où le FN présente un candidat, avec rappel de la population et du score de Marine Le Pen à la présidentielle de 2012.

Nom de la commune Population municipale Score de Marine Le Pen en mai 2012 Candidat aux municipales
Créteil (PS) 90 528 10,53% Gaëtan Marzo
Vitry-sur-Seine (PCF) 86 375 12,49% François Paradol
Champigny-sur-Marne (PCF) 75 800 12,76% Jean-Marie Rougier
Villejuif (PCF) 55 923 12,65% Alexandre Gaborit
Le Perreux-sur-Marne (UMP) 33 214 11,19% Claude Lédion
Villeneuve-Saint-Georges (PCF) 32 767 18,02% Dominique Joly
Villiers-sur-Marne (UMP) 27 222 13,62% Gilles Parmentier
Limeil-Brévannes (SE) 20 663 16,23% Jean-Jacques Lejemble
Arcueil (EELV) 20 100 12,05% Denis Truffaut
Le Plessis-Trévise (Modem) 19 095 13,84% Maxime Chevallier
Ormesson-sur-Marne (UMP) 9 921 15,13% Alexandre Pallares

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

3 commentaires pour Le Front National franchit les onze listes dans le Val de Marne
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi