Société | Accueil Val de Marne (94) Fontenay-sous-Bois | 03/12/2014
Réagir Par

Le Râteau lavoir, jardin partagé à Fontenay, ne veut pas disparaître

Le Râteau lavoir, jardin partagé à Fontenay, ne veut pas disparaître
Publicité

BecheuseC’est un petit jardin qui sent bon le métropolitain, avec une table et une chaise de jardin… Niché sur 500 m2 au coeur du vieux Fontenay, le Râteau lavoir a pris ses quartiers depuis quatre ans, porté par l’association La Bêcheuse.

Après avoir été en friche durant 20 ans, ce jardin de l’ancienne maison du charbonnier,  dont le sous-bois regorge de cyprès et fruitiers, accueille des événements culturels dans tous les sens du terme, qu’il s’agisse de jardinage, d’actions pédagogiques ou de spectacles avec même un théâtre de verdure, en partenariat avec d’autres associations (Ohého, jardins pluriels, Cie Nadja, pixiflore, Cie Frask, Elément terre, Pixels en scène, …) et avec le soutien financier et foncier de la ville à qui appartient le terrain.

Sauf que le 18 décembre prochain, le Conseil municipal discutera de la vente de ce terrain au bailleur social Immobilière 3F dans le cadre d’un projet immobilier sur les immeubles mitoyens au jardin (2 et 5 rue de Rosny).

Un coup dur pour l’association qui a adressé une lettre ouverte au maire pour demander des explications.  « Au mois de septembre, nous avons rencontré les élus qui nous ont informé du projet . Ils nous ont alors réaffirmé leur soutien en nous informant que les travaux de rénovation ne démarreraient pas avant 2 ans et que des solutions seraient proposées prioritairement par la ville à l’association. Or nous apprenons que la mise en vente du terrain que nous occupons est à l’ordre du jour du Conseil municipal du 18/12/2014″, s’inquiète l’association. Ne doit-on pas aujourd’hui intégrer les jardins partagés, espace de respiration, d’échanges, de réflexion, d’apprentissage du respect de l’environnement, dans l’espace urbain et donc dans les projets immobiliers ? », s’interroge la Bêcheuse. « Nous souhaitons savoir ce qui va se passer pour nous. Pourrons-nous passer une convention avec I3F pour rester sur place jusqu’au début des travaux? Où pourrons nous installer après? Est-ce possible de trouver notre place au sein du projet immobilier? », s’interroge Dimitri Leduc, de l’association.

La députée écologiste Laurence Abeille les soutient dans cette démarche de trouver une place au sein du projet immobilier, et a promis d’aborder la question avec le maire communiste de Fontenay, Jean-François Voguet.

« Leur inquiétude est légitime mais nous soutenons cette association depuis le départ et n’avons donc aucunement l’intention de les laisser tomber alors que nous développons l’économie sociale et solidaire dans toute la ville. Nous avons des idées pour leur proposer un autre terrain et allons trouver une solution avec eux. Il n’est en revanche pas possible de leur faire de la place au sein du projet que nous avons avec I3F. C’est trop petit et cela manquerait d’ensoleillement. La construction de logements sociaux répond aussi à un besoin de la population », explique-t-on au cabinet du maire de Fontenay.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi