Publicité
Publicité : Ordival 94
Formation | Orly | 15/04/2014
Réagir Par

L’E2C défend sa cause auprès de Najat Vallaud-Belkacem

L’E2C défend sa cause auprès de Najat Vallaud-Belkacem
Publicité

visite e2c najat vallaud belkacem 2L’école de la deuxième chance (e2c) d’Orly recevait ce mardi 15 avril la ministre de la Ville, Najat Vallaud-Belkacem. L’occasion pour cette institution qui aide les jeunes sortis du système scolaire à rebondir, de témoigner ses questionnements budgétaires alors qu’a été promulguée fin février une nouvelle loi de programmation pour la cohésion urbaine qui souhaite concentrer les crédits de la politique de la ville sur un nombre resserré de territoires.

Chaque année, 150 000 jeunes quittent l’école sans diplôme ni qualification. C’est à ces derniers que l’E2C s’adresse en mêlant stages en entreprise et cours de rattrapage pour les aider à se projeter à nouveau. La plupart ont quitté le système visite e2c najat vallaud belkacem 5scolaire classique en troisième puis ont enchaîné les petits boulots ou l’inactivité totale avant d’entrer, trois ou quatre ans plus tard, à l’E2C. « Nous faisons des efforts pour aller vers des quartiers difficiles où nous menons des campagnes de communication pour se faire connaitre » indique Jean Serror, directeur de l’E2C Val de Marne.

Les élèves rassurent sur l’efficacité du dispositif, face à une ministre soucieuse de savoir si le retour dans un univers académique ne s’avère pas trop compliqué pour ces jeunes aux parcours tumultueux.visite e2c najat vallaud belkacem 3 « Cela m’ouvre l’esprit et je découvre d’autres milieux qui m’étaient jusqu’alors inconnus » confie Solange, élève à l’E2C depuis janvier. « Culturellement, cela nous fait du bien, nous remet des bases dans la tête » témoigne quant à elle Kimberley. « Nous travaillons avec le jeune sur ses aptitudes, ses centres d’intérêts, son expérience et sa personnalité pour lui faire découvrir des secteurs et des métiers très différents. L’objectif est d’amener les jeunes vers un métier choisi et non imposé » insiste Jean Serror.

visite e2c najat vallaud belkacem

Néanmoins, ce dispositif a un coût. Alors que l’Etat s’engage actuellement pour un tiers du budget de l’école, la nouvelle loi de programmation pour la cohésion urbaine prévoit de cibler de manière plus concentrée des territoires urbains prioritaires, ce qui suscite quelques inquiétudes. « Nous n’aimerions pas nous retrouver dans une situation où nous serions obligés de faire le tri à l’entrée, mais avons peur que les financements soient de plus en plus contraints et que la politique de la ville se traduise par une réduction des subventions de l’Etat à notre encontre » s’est à ce titre inquiété le directeur de l’établissement. « Vous n’avez pas d’inquiétudes à avoir sur la pérennisation de ce dispositif qui, pour moi, fait partie des meilleurs en matière de lutte contre le décrochage » a ainsi rassuré Najat Vallaud-Belkacem.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi