Santé | Accueil Val de Marne (94) Villejuif | 26/05/2014
Réagir Par

L’explosive question des RTT au menu de l’hôpital Paul Guiraud

L’explosive question des RTT au menu de l’hôpital Paul Guiraud

Hôpital-Paul-GuiraudL’hôpital psychiatrique Paul Guiraud de Villejuif devrait diminuer la durée de travail des équipes de jour de 8h à 7h36 à partir du premier août 2014. Cette mesure, préconisée par le rapport de l’IGAS, entraînera une réduction des journées de RTT* de 27 à 18 par an. De quoi mettre vent debout les syndicats. Invités à une première réunion d’information ce vendredi 23 mai, ils ont programmé une assemblée générale ce mardi 27 mai qui pourrait rapidement donner lieu à un mouvement de grève. Explications.

Alors que les relations entre syndicats, direction et communauté médicale à l’hôpital Paul Guiraud ne sont pas au beau fixe depuis déjà plusieurs années, s’illustrant par des crises successives dans un contexte de tension budgétaire, au point de donner lieu à une enquête de l’Igas (Inspection générale des affaires sociales), la remise en question de l’accord RTT signé en 2002 sourd depuis longtemps, crainte avec effroi par les syndicats et évoquée comme une rationalisation indispensable pour recouvrer de la marge de manœuvre par la direction et son autorité de tutelle, l’Agence régionale de santé (ARS). Mais le sujet était jusqu’alors resté à l’état de réflexion, plusieurs dossiers (comme celui du changement organisationnel durant la période estivale en juillet 2013) ayant déjà mis en ébullition une partie des personnels. Le rapport de l’IGAS de fin 2013, tout en préconisant une réduction du temps de travail de jour à 7h36, en avançant le gain potentiel de 74 équivalent temps plein et une économie de 3,6 millions d’euros de fonctionnement par an, rappelait ainsi que cette proposition avait été avancée lors d’un directoire élargi aux chefs de pôle le 21 juin 2013 et que ces derniers «pourtant dans leur majorité favorables au changement d’horaires, ne souhaitent pas l’assumer, ce qui augure d’une mise en œuvre difficile.»

Depuis le rapport de l’Igas, un chargé de mission de l’ARS a été dépêché auprès de l’hôpital pour épauler et conforter la direction dans la mise en œuvre de ses préconisations. C’est dans ce contexte que la direction de l’hôpital a annoncé ce vendredi 23 mai après-midi aux organisations syndicales que la durée des journées de travail passerait à 7h36 à compter du mois d’août 2014. Doit suivre une période de négociation sur les modalités de mise en œuvre de cette organisation horaire, en termes de redéploiement des postes au sein de l’établissement et de formation professionnelle. De leur côté, les quatre syndicats (Sud Santé, CGT, CFDT et FO) ont fait savoir qu’ils ne viendraient pas à la première réunion de négociation prévue ce mardi 27 mai et prévoient en revanche d’organiser une assemblée générale ce jour-là pour décider des actions à mener. Une grève pourrait être envisagée rapidement.

«Cette nouvelle organisation, confirme aux préconisations de l’Igas et au Cpom (contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens) signé avec l’ARS en avril, doit nous redonner de la marge de manœuvre pour moderniser la prise en charge des patients et baisser leur durée d’hospitalisation en investissant davantage sur l’extrahospitalier. Nous avons adopté dans ce sens un avenant au projet médical d’établissement comprenant une trentaine de projets comme la reconstruction de l’extrahospitalier de Choisy le roi, plusieurs projets d’extension de sites extrahospitaliers, la création d’un hôtel thérapeutique pour l’hébergement temporaire de patients sans logement et encore la sismothérapie ou le suivi des patients sortants qui sont en détention», explique Hadrien Scheibert, secrétaire général du groupe hospitalier.

«La direction nous a réuni un vendredi en nous confiant 15 centimètres de documents à lire pour mardi prochain, et nous convie à une réunion de négociation où il n’y a rien à négocier puisque la décision est déjà prise de passer à 7h36. Pour nous, cette remise en question de l’accord RTT signé en 2002 n’est évidemment pas acceptable, et même scandaleuse, compte-tenu des conditions de travail déjà difficiles des personnels hospitaliers et de la non-augmentation de leur salaire depuis plusieurs années, sans oublier la baisse drastique du budget de formation continue, indique Joël Volson, délégué syndical Sud Santé. L’hôpital Sainte Anne est passé à 7h36 et cela n’a rien résolu dans leurs conditions d’exercice. A l’hôpital Esquirol, ils sont à 7h48. Nous nous battrons contre cette nouvelle organisation et appelons d’ores et déjà à la mobilisation avec une AG avec je l’espère une grève importante en perspective. Le directeur ne sait pas qu’il est assis sur une poudrière.»

Ce lundi matin 9 heures, est programmé un Conseil de surveillance.

*RTT es le sigle de Réduction du temps de travail. Les journées de RTT permettent de récupérer les horaires hebdomadaires supérieurs à la durée légale (généralement de 35 heures).

Voir les précédents articles sur l’hôpital Paul Guiraud

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi