Politique locale | Villejuif | 22/12/2014
Réagir Par

Manifestation suivie contre la débaptisation du parvis Georges Marchais

Manifestation Parvis Georges MarchaisPetite place mais foule compacte. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées ce lundi 22 décembre, malgré la bruine lancinante, pour protester contre la débaptisation du parvis Georges Marchais de Villejuif, à l’appel du PCF.

Des communistes, militants, sympathisants et élus jusqu’aux deux sénateurs PCF du Laurence Cohendépartement, Laurence Cohen et Christian Favier mais aussi d’autres partis politiques, comme l’UDI Jean-François Harel, issu de la majorité municipale, ou Jean-Yves Le Bouillonnec, député-maire PS de Cachan qui a indiqué qu’il allait saisir le président de son groupe à l’Assemblée nationale pour protester, en parallèle d’une démarche similaire au Sénat.

Au rendez-vous également, Olivier Marchais, fils de l’ancien Premier secrétaire du parti – député de Villejuif, dont quelques accents dans la voix ont rappelé le père à ceux qui l’ont connu. « C’est une mesure injuste et Olivier Marchaisinutile. Et quelle erreur d’opposer Georges Mathé et Georges Marchais qui étaient amis », commente ce dernier, déterminé à poursuivre la mobilisation pour que le maire renonce à son projet. « Nous n’avons même pas été prévenus par la ville. Ce-sont les élus communistes qui nous ont prévenus au lendemain du Conseil municipal« , pointe-t-il.

« C’est petit. Il n’y a que les communes FN Claudine Cordillotqui débaptisent, renchérit Claudine Cordillot, ancienne maire PCF de la ville. Nous avions déjà nommé le mail et le bâtiment de la pépinière du nom du professeur Georges Mathé. Les deux pouvaient coexister. Cette mesure inutile sert d’écran face aux futures décisions budgétaires et autres qui vont à l’encontre des services aux Villejuifois de classe modeste, comme la remise en question du centre de santé ou des projets de logements sociaux« , poursuit l’ancienne édile. « Cette décision s’inscrit dans un ensemble d’opérations brutales, témoigne pour sa part Pierre Garzon, secrétaire du PCF de Villejuif. Ainsi avons-nous appris ce weekend que sculpture rue Jean Jauresla sculpture qui se trouvait au 155 rue Jean Jaurès avait été démontée, sans que cette décision n’ait même été actée par le Conseil municipal. » Un démontage en accord avec le sculpteur, indique-t-on à la mairie, motivé par une demande des riverains car « il servait d’urinoir » et qui donnera lieu à une relocalisation.

Ce rassemblement semble en tout cas avoir un effet mobilisateur, à voir la jeune femme qui, sympathisante du parti de longue date, s’est décidée à prendre sa carte et se fraie un chemin pour venir donner ses coordonnées au responsable de la section villejuifoise. Remontés et choqués, les communistes locaux sont bien décidés à ne pas en rester là. « Nous allons écrire au préfet pour lui demander de ne pas valider la délibération du Conseil municipal. Mais nous ne voulons non plus agir sans concertation avec les familles respectives de Georges Mathé et Georges Marchais qui ne souhaitent pas s’opposer et déloger l’un pour honorer l’autre », précise Fabien Guillaud-Bataille, secrétaire du PCF 94.Plaque Georges Marchais

Membre de la majorité municipale, Alain Lipietz défend la décision du Conseil municipal Alain Lipietzsur son site de l’avenir à Villejuif, évoquant notamment la réaction négative de Georges Marchais face au mouvement de mai 1968, « son approbation (silencieuse) de l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie et celle (tonitruante) de l’invasion de l’Afghanistan », ou encore son appréciation sur le « bilan globalement positif » de l’Union soviétique, « laquelle a défiguré puis anéanti les espoirs que le mouvement ouvrier international pouvait légitimement nourrir en 1917 », insiste Alain Lipietz, qui reproche pour finir à l’ancien homme politique ses positions sur l’immigration. « Bien avant Le Pen, il a lancé le thème du rejet des immigrés venus voler le travail des chômeurs français« , dénonce l’élu écologiste.

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

146 commentaires pour Manifestation suivie contre la débaptisation du parvis Georges Marchais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *