Santé | Villeneuve-Saint-Georges | 15/04/2014
Réagir Par

Nouvelle unité de gériatrie aiguë au CHIV Lucie & Raymond Aubrac

Publicité

CHIV Raymond et Lucie AubracAprès avoir inauguré son nouveau pôle femme-enfant fin 2013 à l’occasion de travaux de grande ampleur, le Centre Hospitalier Intercommunal de Villeneuve-Saint-Georges (CHIV) Lucie et Raymond Aubrac a ouvert sa nouvelle unité de gériatrie aiguë (UGA) fin janvier 2014 au sein de son bâtiment historique.

Pour rappel, l’UGA est un service de court séjour des personnes âgées, à distinguer des soins de suite et de réadaptation (SSR) qui accueillent les patients âgés pour des moyens séjours, et des unités de soins de longue durée (ULD) qui peuvent accueillir les personnes très dépendantes jusqu’à la fin de leur vie. L’unité de gériatrie aïgue permet d’accueillir des patients qui souffrent, souvent en raison de leur grand âge (ils ont majoritairement plus de 75 ans) de plusieurs maladies. L’UGA propose une approche globale de leurs pathologies. «Notre objectif principal est de soigner en minimisant le risque de perte d’autonomie, évaluer les devenirs et favoriser le retour à domicile du patient» précise le docteur Jacques Naturel, en charge de l’unité.

Initialement créée en 2004 sous la forme d’une unité non individualisée, incluse dans l’aile de pneumologie, la nouvelle UGA a pu doubler ses capacités d’accueil en passant de 12 à 24 lits, dont 2 sont dédiés aux soins palliatifs. Elle bénéficie également d’une autonomie en termes d’équipe pluridisciplinaire médicale et paramédicale. De nouveaux travaux d’aménagement devraient permettre prochainement d’ouvrir 4 chambres supplémentaires et de créer une salle de repas/repos pour les familles. L’unité prévoit ensuite d’augmenter sa capacité d’accueil à 28-30 lits.

Les besoins spécifiques par rapport à cette population constituent un enjeu non négligeable pour les hôpitaux. Dans le bassin de vie du CHIV, 22 230 personnes seront âgées de plus de 75 ans en 2015 contre 15 674 en 2002. Concernant cette population, la prochaine étape de l’hôpital consistera à installer les soins de suite et de réadaptation dans le bâtiment historique.

 

 

Au-delà de cette seule patientèle, cette unité renforcée doit aussi contribuer à désengorger le service des urgences en absorbant une partie des admissions non programmées.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi