Sécurité | Accueil Val de Marne (94) Choisy-le-Roi | 22/06/2014
Réagir Par

Opération anti-vol à main-armée auprès des commerçants de Choisy et Orly

Opération anti-vol à main-armée auprès des commerçants de Choisy et Orly
Publicité

Operation sensibilisation commercants ChoisyAprès avoir diminué jusqu’en 2012, les vols à main armée ont repris leur progression depuis 2013 dans le Val de Marne (voir chiffres détaillés), et depuis le début de l’année 2014, ce-sont les petits commerces qui en ont le plus souffert. « 70 vols entre janvier et mai contre 46 pour la même période en 2013, alors que les vols chez les particuliers sont passé de 17 à 12 » chiffre le préfet du département, Thierry Leleu. Ce mardi 17 juin, une opération de sensibilisation auprès de 18 commerçants de Choisy-le-Roi et Orly était organisée. Explications. 

« Les commerces les plus vulnérables sont les pharmacies et les tabacs, parce qu’ils ont des fonds de caisses importants » explique le capitaine Dauphin du commissariat de Choisy-Orly. « Avec le commissariat de Champigny-sur-Marne, nous sommes les seuls à posséder une BST (brigade spécialisée de terrain), des hommes spécialement préparés pour intervenir dans les quartiers difficiles. Nous avons des zones très sensibles comme le grand ensemble des Navigateurs Aviateurs à Orly-Choisy et la cité Gabriel à Choisy, non-loin du centre-ville » poursuit-il.

Police Choisy (2)L’équipe du capitaine Dauphin est affectée sur le secteur des Gondoles, le plus grand quartier pavillonnaire de la ville. « C’est un quartier avec beaucoup d’activités et de mouvements, notamment autour de l’avenue Victor Hugo » décrit Vincent Rodriguez, gardien de la paix et chargé de la mission de prévention et de communication. « Nous organisons ce type de mission tous les 7 à 10 jours. Nous allons voir les commerçants et faisons remonter les problèmes à la direction. En général, ils sont contents de nous voir, cela les rassure. Et nous, nous souhaitons garder le contact avec eux, nous leur disons de ne pas hésiter à nous téléphoner en cas de problème » explique-t-il.  « Les vols concernent des produits de marques mais aussi de tout, du shampoing, de la nourriture… « , explique la gérante du Lidl. « Parfois, ils viennent juste pour voler des sandwichs, ils entrent par l’entrée principale et ressortent en quelques secondes. C’est difficile de les arrêter » témoigne la gérante du Franprix. Face à la recrudescence des vols avec violence, les policiers préconisent d’installer des caméras de vidéosurveillances et d’employer des vigiles. « La situation s’est calmée depuis que l’on a embauché des gardiens à l’entrée« , indique une commerçante.

Un brumisateur indélébile

Smart Water photo ETS ProtectionAfin de dissuader les voleurs, un nouvel outil baptisé « smartwater » est également en phase d’expérimentation par la préfecture de police du département. Il s’agit d’un liquide aspergé par un brumisateur placé à l’entrée des magasins. Invisible à l’oeil nu, il se révèle avec des lampes à ultra-violet, donnant à voir des traces jaunes. Le produit reste détectable six mois sur la peau, de manière définitive sur les vêtements.

Lire aussi : les chiffres de la délinquance 2013 dans le Val de Marne
Les chiffres de la délinquance par commissariat 2012
Répartition des commissariats par population
Les méthodes de la ZSP de Bois l’Abbé étendues aux Mordacs
Création d’un Groupe local de traitement de la délinquance à Orly

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi